Non, ce titre n’est pas un mensonge ! Mais une triste réalité !

Enfin… avec une petite nuance quand même : ce n’est pas la faïence qui est coupable, mais les joints !

Aussi, si vous envisagez de passer à l’acte et de réaliser votre propre douche sur mesure, voici la marche à suivre pour que votre rêve ne se transforme pas en cauchemar.

 

J’utilise le terme cauchemar, car l’infiltration de l’eau va se faire lentement, très lentement… mais sûrement 🙁

Et au bout d’un « certain » temps, une tache d’humidité apparaîtra sur le mur de la pièce voisine, suivie de moisissures, et votre faïence finira par se décoller, pour faire apparaitre un mur complètement rongé par l’humidité 🙁

Quel tableau ! Ça fait peur, non ?

Première chose à faire avant de poser votre faïence, appliquer un primaire d’accrochage.

La description de ce primaire est expliqué dans l’article Découvrez un produit indispensable pour vos travaux de maçonnerie. (ça marche aussi pour la douche :-))

En général, les murs sont en briques recouvertes de plâtre ou en plaques de plâtre (couramment mais injustement appelé placo).

Le rôle du primaire est d’imprégner et stabiliser le plâtre.

Après séchage, il faut appliquer une souche couche d’étanchéité.

Celle-ci a la consistance d’une crème et sa couleur est mauve.

Sur cette sous-couche encore fraiche, appliquez dans les angles une bande spéciale étanche, vendue en générale avec la sous-couche, et dont le rôle est de parfaire l’étanchéité de ces angles.

En séchant, cette sous-couche va former une peau caoutchouteuse très résistante et parfaitement étanche, et qui empêchera l’eau de s’attaquer aux murs après avoir traversé les joints 🙂

Appliquez une deuxième couche de cette crème, en croisant le sens d’application, en recouvrant aussi la bande d’angle.

Si vous avez appliqué la première couche verticalement, la deuxième devra être passé horizontalement, et vice versa.

Je n’ai hélas pas de photo à vous montrer, mais tout est illustré sur la notice jointe aux produits.

Deux marques se « disputent » le marché : Mapei et Weber.

Les deux vous proposent des kits complets comprenant primaire d’accrochage, sous-couche et bande.

 

 

L’application peut se faire au rouleau ou au pinceau, et tout se nettoie à l’eau 🙂

La faïence se colle sur la sous-couche (une fois sèche bien entendu ;-)).

Avec cette procédure, vos murs seront protégés.

NOTE : ce traitement est à faire aussi sur les receveurs à l’italienne, qu’ils soient réalisés et formés manuellement avec du mortier ou si vous avez utilisé un receveur en wedi prêt à carreler.

Le traitement doit être réalisé sur toute la surface du receveur et dans les angles formés avec les murs (pour ces angles horizontaux, utilisez aussi une bande d’étanchéité comme décrit dans l’article).

 

Et si vous souhaitez rendre aussi vos joints étanches et les garder parfaitement blancs comme au premier jour… lisez l’article Comment conserver vos joints de faïence parfaitement blanc comme au premier jour 😉

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Lisez La Totalité Des Articles pour Seulement
2 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  OUI, JE VEUX REUSSIR MES TRAVAUX !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Partager cette publication...
Share on facebook
Facebook
Share on pinterest
Pinterest
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
Linkedin