Réparation ou création d’une évacuation en PVC : l’astuce interdite qui pourrait vous rendre un grand service !

Quand je réalise des travaux, je fais en sorte d’appliquer un principe de précaution qui vient de l’expérience acquise sur le terrain, de mon vécu comme on dit, et qui est de ne jamais toucher à la plomberie en fin de journée.

Ben pourquoi ?

Pour éviter de me retrouver dans la m… dans une situation inconfortable, voire très inconfortable.

Quand c’est chez soi, c’est déjà embêtant, et je reste poli, alors imaginez quand c’est pour quelqu’un d’autre 🙁 !

C’est la raison pour laquelle vous pouvez lire en cliquant sur le bouton “AVERTISSEMENT” visible au dessus du titre de ce blog “…Il est donc vivement recommandé de s’assurer que tout peut (ou pourra) être mis en œuvre pour parer à une éventuelle surprise“.

Ce genre de surprise est tout simple : panne de gaz ou de brasure en cours de soudure, le(s) raccord(s) (PVC, cuivre, PER, etc.) nécessaire(s) manque(nt) à l’appel, etc.

Il y a sûrement d’autres raisons, mais en tous cas, le problème ne peut être résolu qu’en allant chez votre fournisseur ou dans la grande surface de bricolage la plus proche.

Or, et c’est là le GROS problème, quand ça arrive en fin de journée… tout est fermé 🙁 !!

Vous ne pouvez plus terminer vos travaux, et dans le pire des cas vous ne pouvez pas ré-ouvrir l’arrivée d’eau que vous aviez préalablement fermée pour travailler !

Et il y a d’autres conséquences dont je vous laisse apprécier la douceur amère :

Impossibilité de mettre (ou de remettre) en service un WC, une douche, un ballon d’eau chaude (donc se laver à l’eau bien froide 🙁 ! ), de rebrancher un évier, un lave-vaisselle, une machine à laver, etc.

Vous avez maintenant compris mon principe de précaution 😉 .

Peut-être même que vous avez subi ce type de désagréments…

Lisez maintenant l’anecdote ci-dessous, qui n’a rien à voir avec la plomberie, mais qu’on a TOUS vécue et qui va vous montrer que même si je vous conseille de ne pas faire de plomberie en fin de journée, vous allez quand même le faire et vous retrouver dans la… :

Un jour (on dira que c’est la toute première fois), on a oublié de se réveiller, et avec la bouche en fleur on a sorti l’excuse “mon réveil n’a pas sonné !”

Comme si c’était la faute du réveil alors qu’on a tout simplement oublié de le programmer !

Comme dit le début du slogan publicitaire d’un certain régime soi-disant super efficace, “on est tellement sûr…” que ça ne se reproduira pas, “on est tellement sûr…” d’avoir compris la leçon, qu’on n’a absolument pas du tout l’idée de mettre un deuxième réveil à côté et décalé de quelques minutes en cas de nouvelle blague du premier !

Pourquoi en mettre physiquement un deuxième alors que le premier sonne de nouveau environ toutes les 10 minutes (j’ai raison ou pas ? 🙂 ! )

Sauf que, quand on a la tête dans le pâté parce que cette m… de réveil nous a sorti du merveilleux rêve dans lequel nous étions si bien, nous avons appuyé rageusement sur le mauvais bouton, celui qui coupe la sonnerie et annule la répétition, et… on s’est rendormi 🙁 !

Et à la question “Ah, c’est encore ton réveil qui n’a pas sonné ??? “, on a répondu pour justifier le retard “Si, mais y avait un tracteur sur la route !”.

Pas très crédible, n’est ce pas, alors que depuis le début on nous a dit “Mets un deuxième réveil, et de préférence loin du premier, ça t’obligera à sortir du lit pour aller l’éteindre…

Bon, ok, on a bien rigolé, mais maintenant retour au titre de cet article.

Vous ne m’avez donc pas écouté, et vous voilà en train de réaliser ou modifier une évacuation alors que la nuit est tombée et que vous entendez votre moitié vous dire “Dépêche-toi de finir, on va passer à table !”

Sûr de vous, vous chercher le raccord PVC qui assemblera les deux morceaux et terminera la canalisation, et… Oh ? il a disparu !

Non, il n’a pas disparu, vous ne l’avez pas !

Et vous ne l’avez jamais eu !

Vous étiez tellement sûr de l’avoir, vous étiez tellement sûr de terminer avec succès ce branchement et endosser fièrement la cape de Superman pour parader devant votre moitié, que… maintenant vous êtes dans la m… mouise ! (si si, c’est ce que j’allais dire 😉 ).

Si ce genre de problème vous arrive, sachez qu’il existe un moyen de faire un raccord PVC sans avoir de raccord PVC, mais je dois vous préciser que cette technique est interdite !

Il s’agit d’utiliser ce que vous

Pour lire la suite, vous devez être abonné.




Abonnez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe
 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Lisez La Totalité Des Articles pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  OUI, JE VEUX REUSSIR MES TRAVAUX !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

1 commentaire à “Réparation ou création d’une évacuation en PVC : l’astuce interdite qui pourrait vous rendre un grand service !”

  1. christophe dit :

    Bonjour Christophe,
    Pour l’anecdote (aussi) j’ai travaillé à mes débuts dans un boite spécialisée dans la soudure des canalisations plastiques
    On soudait le polyéthylène pour les évacuations des salles de chimie des collèges et autres industries qui ne pouvaient utiliser le pvc en évacuation
    Une des activités de l’entreprise était la réalisation de bacs en pvc pour lesquels on utilisait des plaques que l’on mettait en forme un peu comme des boites à chaussures et ensuite on soudait les angles!
    Avec des baguettes!
    DE PVC!
    Qu’on faisait délicatement fondre avec un décapeur thermique muni d’un embout en forme de paille!
    Tout ça pour te dire que depuis ce temps là je ne me prive pas de “mouler” mes raccords, en dépannage bien sûr, mais jamais à la flamme , parfois un sèche cheveux suffit, et toujours très délicatement et progressivement!
    à+

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

Donnez le résultat de 3 + 5 ?
Please leave these two fields as-is: