Si vous avez acquis une maison ancienne, style corps de ferme, longère, etc. avec ses poutres traditionnelles en chêne bien visibles sur lesquelles repose un plancher d’étage, peut-être avez-vous constaté que ce plancher s’est affaissé au centre de la pièce avec le temps.

Ceci est la conséquence du placement naturel des poutres qui rapidement après leur mise en place ont poursuivit leur séchage en subissant la loi de la gravité là où elles n’étaient pas soutenues 😉 .

Si ce constat concerne une pièce que vous souhaitez aménager (dans cet article s’il s’agit d’un aménagement de combles), vous trouverez ici un moyen de récupérer un plancher parfaitement droit et stable.

Bien entendu, vous prendrez soin de vérifier auparavant que les poutres sont toujours parfaitement saines et en bon état 😉 .

Si vous regardez la photo en une de cet article (photo finale, le plancher a été refait), les poutres en chêne sont parallèles au pignon que l’on voit au fond.

Une autre chose que je dois préciser, c’est que sur ces poutres il y a déjà un plancher constitué de dalle en bois aggloméré en bon état.

Retirer ce plancher de faible épaisseur aurait, pour diverses raisons spécifiques à cette habitation, engendré de gros dégâts dans les pièces inférieures déjà aménagées.

Enfin, comme vous le verrez dans les photos qui vont suivre, l’accès aux combles nécessitait de descendre l’équivalent d’une marche.

 

Après relevé des niveaux, il s’est avéré qu’au point le plus bas, il y avait un creux de 15 cm 🙁 !

Mais en plus, la descente vers ce point bas était « vallonnée » 🙁 !

Difficile de s’en rendre compte sur de simples photos, et pourtant…

Un entremisage a donc été effectué, perpendiculaire aux poutres en chêne, et pour accroître la stabilité de cet entremisage, j’ai privilégié un contact complet des solives au sol, et pas uniquement un calage régulièrement espacé :

 

entremisage-solives

 

En fonction de l’espace à rattraper pour retrouver l’horizontale, vous pouvez utiliser des planches de 32mm x 175mm, 38mm x 200mm, des chevrons bien rectilignes, etc.

Ici, pour des questions d’accès très difficile (2ème étage, 2 escaliers étroits dont 1 quart tournant), le choix s’est porté sur des chevrons dont l’assemblage superposé souvent nécessaire à été réalisé par collage et vissage.

La première chose à faire, c’est trouver le point du plancher existant qui est le plus haut et qui servira de référence.

Afin de toujours avoir un support partout sous notre futur dallage en OSB, sur ce point le plus haut  j’ai ajouté 3 cm (l’équivalent d’un tasseau de soutien) comme vous le verrai plus loin.

Le nouveau solivage qui compose l’entremisage est réparti avec un entraxe de 40 cm.

 

Alors, comment fait-on pour avoir une planche (ou un chevron) qui épouse parfaitement un sol irrégulier ?

Pour lire la suite, vous devez être abonné.




Abonnez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Lisez La Totalité Des Articles pour Seulement
2 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  OUI, JE VEUX REUSSIR MES TRAVAUX !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Partager cette publication...
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin