Découvrez pourquoi il ne faut pas utiliser un rabot électrique pour diminuer une porte

Le rabot électrique est un excellent outil !

Mais je ne vous ai pas écrit un tel titre dans l’unique but de vous faire venir sur ce blog 😉

C’est bien un excellent outil qui vous rendra de nombreux services, mais à condition de savoir quand l’utiliser.

Et la chose à connaître avant d’utiliser un rabot, c’est l’orientation du fil du bois. (Il a dit quoi là ? ;-))

 

 

Pour comprendre pourquoi il ne faut pas utiliser un rabot électrique pour diminuer une porte (en hauteur), voyons comment se compose la structure d’une porte :

Deux traverses horizontales sont fixées entre 2 montants verticaux, comme l’illustre le dessin suivant

Les flèches vous indiquent l’orientation du fil du bois. Ce fil, ce sont les fibres qui le composent.

Donc, si votre porte frotte un peu sur le côté où se trouve la poignée, une fois dégondée pour faciliter le travail, vous pourrez sans problème utiliser le rabot électrique puisque, sur toute la hauteur de la porte, le fil du bois garde son orientation. Enfin… quand je dis que vous n’aurez pas de problème, à condition bien évidemment de retirer l’ensemble poignée fermeture 🙂 🙂 !

Mais, si après la pose d’un revêtement de sol (parquet, carrelage, moquette, etc.), vous avez besoin de réduire la hauteur de la porte et que vous précipitez sur votre « nouveau jouet » (le fameux rabot électrique), là, vous risquez d’avoir une belle surprise !

En effet, si vous regardez le haut ou le bas de la porte, vous constaterez que le fil du bois des montants latéraux se trouvent perpendiculaires au passage de la lame du rabot.

Si vous regardez le dessin ci-dessus, le montant de gauche sera « attaqué » en premier. Le fil du bois sera coupé, mais aussi « poussé » à droite contre la traverse, qui elle-même sera rabotée à son tour. Jusque là, pas de problème 😉 !

Mais lorsque le rabot sortira du dernier montant, le fil de ce dernier ne sera plus maintenu par une autre pièce de bois et se retrouvera arraché, éclaté par la vitesse de rotation de la lame.

Si c’est une vieille porte, ce n’est pas une catastrophe, mais il en sera tout autrement si cette porte dispose d’un beau plaquage exotique, ou simplement une belle peinture laqué 🙁 !

Suivant les circonstances et/ou le type de bois, des éclats peuvent atteindre plusieurs millimètres d’épaisseur sur 3 à 4 cm de longueur 🙁 ! De quoi vous donner de l’inspiration pour fleurir votre langage 😉 !

Pour éviter ces désagréments, il est préférable d’utiliser une scie circulaire, plongeante ou pas. Une scie circulaire plongeante est l’outil idéal pour réaliser cette tâche. Mais si vous disposez d’une scie circulaire classique, vous pouvez vous aider du guide latéral fourni avec cette scie, ou dans le pire des cas, utilisez une règle maintenue avec des serre-joints contre laquelle vous ferez coulisser votre circulaire et qui vous servira de guide pour couper parfaitement droit.

Une fois la coupe effectuée, un petit passage de papier de verre (grain fin) légèrement sur les angles, et le tour est joué… avec éclats 🙂 ! euh… non ! Sans éclats justement 😉 !

 

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Abonnez-Vous pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  JE M'ABONNE !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

8 commentaires à “Découvrez pourquoi il ne faut pas utiliser un rabot électrique pour diminuer une porte”

  1. jean dit :

    bonjour lèquipe
    merci pour tout ces conseils

  2. christophe dit :

    Bonsoir Jean,

    Merci à vous 😉 !
    Et que le succès vous accompagne 🙂 !

    Bien amicalement,
    Christophe

  3. McPeter dit :

    On peut aussi (ce que je fais à chaque fois) passer le rabot dans un sens et s’arrêter 5-10cm avant la fin et reprendre de l’autre coté 🙂

    • christophe dit :

      Bonsoir McPeter,

      Je vois que l’on a affaire à un connaisseur ;-).
      Effectivement, c’est une solution, à condition bien sûr de savoir s’arrêter quand les deux parties se rejoignent ;-). Mais à part ça, puisque vous l’avez déjà réalisé à plusieurs reprises avec succès, c’est que cela fonctionne à merveille :-).
      Bravo, j’approuve 😉 !

      A bientôt,
      Christophe

  4. Patrick dit :

    Bonjour. Pour ma part j’utilise quand même le rabot électrique pour cette opération. Simplement je place un tasseau « martyr » sur le côté de la porte où sortira le rabot. Je le maintiens par un grand serre-joint (qui va donc d’un bord à l’autre). Pas d’éclat!

  5. jean eymard :) dit :

    Bonjour Christophe et aux autres bien sur :),

    Je suis cuisinier de formation et depuis 10 ans, informaticien. J’ai rénové (presque reconstruit) une maison de 100 M². Il n’y avait que les murs (en pierre-800mm…) a conserver résultat: 1 an de travaux, tout les soirs en débauchant, tout les week-end, toutes les vacances.

    J’ai donc appris a refaire une charpente, une toiture, de l’isolation, de l’électricité, du carrelage, du placo et j’en passe. Et tout ça grâce à internet et certains conseils pris auprès des fournisseurs de matériaux (pas bricomachin hein ! ce ne sont que des vendeurs)

    Il y a eu des erreurs, des retours en arrière, du sang et des larmes (j’vous jure je n’exagère pas…) mais aujourd’hui, c’est finit (si tenté qu’une maison le soit un jour) malgré tout je suis sur des chantiers tout les week-end pour aider des amis, voisins… c’est devenu une passion.

    Je suis tombé sur votre site lorsque j’ai cherché une idée pour mon plan de travail de cuisine en L, je ne voulais pas de jonction disgracieuse que produit les profilés vendus a cet effet.

    Je me suis abonné à la newsletter avant le passage à l’abonnement payant.
    Je dois vous avouer que votre démarche ma déconcerté pour ne pas dire dégouté (oui je sais, le terme est peut-être un peu fort).

    Si j’ai fait mes travaux seul, c’est parce que je n’avais pas les moyens financiers pour les faire réaliser par des pro.

    Alors devoir payer 1€50 par mois pour lire un article comme celui sur lequel je poste ce message (certains diront: « crache son venin ») je trouve ça un peu abusé pour ne pas dire malhonnête (comprenez bien que ce n’est pas la somme qui me gène mais le principe).

    La majorité de vos articles peuvent être résumé en 3 lignes et ne demande finalement que du bon sens (pour preuve: les 2 commentaires plus haut de cet article qui propose une alternative bien plus simple et maline.

    J’imagine votre démarche très lucrative. Sur les 5/6000 abonnés à la newsletter gratuite (c’est encore plus ?), vous avez du en perdre la moitié voir les 3/4 des abonnés. Mais à 1€50 le quart restant cela reste très confortable…

    Votre initiative initiale était plus que louable : PARTAGER SON EXPÉRIENCE, dommage que l’appât du gain vienne tout gâcher (une fois de plus)

    Je doute fortement que vous publiez mon commentaire mais j’ai pour habitude de donner mon avis . C’était ma dernière visite sur le site à moins que vous me proposiez de rédiger certains articles soumis à votre validation ou l’administration du site web (ce qui augmenterait la réactivité dont certains commencent a se plaindre) mes tarifs sont plus que raisonnable 🙂

    Bon vent à vous Christophe !

    • christophe dit :

      Bonjour Jean,

      C’est avec beaucoup d’attention que j’ai lu votre commentaire. Et oui je le publie car tout le monde a le droit de s’exprimer, que l’on soit d’accord ou pas, content ou pas, à partir du moment où c’est exprimé avec respect et sans vulgarité, ce que vous avez parfaitement appliqué.

      Je peux comprendre la déception que vous avez ressenti et que vous ressentez encore certainement, comme sûrement beaucoup d’autres lecteurs, et je vous prie de m’excuser de vous avoir déçu.

      Je suis artisan depuis 2006, et j’ai mis en ligne ce blog le 2 janvier 2012 pour aider les bricoleurs et bricoleuses à concrétiser leurs projets par leurs propres moyens, en livrant toutes les techniques et astuces que les professionnels utilisent pour bien travailler et gagner du temps.
      La fréquentation du blog a augmenté tout doucement, petit à petit, et devant les commentaires exprimant le plaisir du succès rencontré grâce à mes articles, je me suis pris au jeu de cette transmission de compétences, en considérant aussi le fait que j’adore enseigner en vulgarisant au maximum pour la bonne compréhension de tous.
      Si vous êtes ou avez été à votre compte, vous connaissez les charges énormes qui pèsent sur une petite entreprise, et bien rares sont les artisans indépendants qui peuvent se vanter de bien gagner leur vie. La véritable richesse, ce n’est pas l’argent, c’est la liberté de mener sa barque, et personnellement c’est aussi de voir le sourire de satisfaction sur le visage des personnes qui m’ont fait confiance.
      Etre à son compte a un coût, celui du temps passé, car les journées se terminent souvent tard, pour rédiger des devis, préparer la logistique des travaux en cours et à venir, les visites clients, et j’en passe.
      Alors oui, il y a eu un choix à faire sur la suite à donner au blog, arrêter ou continuer, comme je l’ai expliqué à ma liste d’abonnés, car avoir rédigé à ce jour prés de 250 articles avec schémas, photos, animations 3D, répondre aux commentaires et aux mails est une activité très chronophage.
      Nous avons tous des factures à payer et du temps que l’on aimerait passer un peu plus avec notre famille.
      J’avoue être affecté quand des lecteurs me font le reproche d’avoir fait ce choix de tenter de rentabiliser le temps passé à la gestion du blog.
      On me dit, comme vous, que j’ai dû toucher le pactole, parce qu’avec plusieurs milliers d’abonnés sur ma liste, j’ai fait un gros coup !
      C’est se méprendre complètement que de croire cela.
      Et faire une remarque sur la simplicité et/ou l’évidence d’un article parmi 250 (de surcroît librement accessible car non soumis à l’abonnement), est trop facilement réducteur.
      S’il y a une chose qui s’est confirmé, c’est que tant que vous rendez service gratuitement, vous êtes le meilleur, vous êtes couvert d’éloges. Par contre, que ça ne vous rapporte rien n’importe personne.
      Internet est une jungle sans pitié, où la chasse au gratuit est un sport.
      On peut vous proposer de gagner un peu d’argent à condition d’avoir un traffic énorme et de vous laisser envahir par la publicité, chose que j’ai toujours refusé pour garder une clarté de lecture mais aussi conserver mon indépendance.
      Alors le jour où vous essayez de compenser le temps passé sur le blog en demandant 1,50 € d’abonnement mensuel, vous vous retrouvez tout seul sur la place car tout le monde a disparu.
      Pour 1,50 € /mois, on oublie totalement les bénéfices qu’on a obtenus grâce à vous, les gains de temps, les économies d’argent, la qualité obtenue par des techniques auxquelles ont auraient pas pensées.
      On veut tout obtenir, et surtout ne rien devoir.
      On a tous entendu « Travailler plus pour gagner plus », mais la réalité est bien loin.
      Surtout sur internet.
      Voilà maintenant la réalité, et je peux vous fournir les preuves de ce que j’avance ici :
      Ma liste comptait 15000 abonnés gratuits. 99% sont partis ! 150 sont restés et se sont abonnés, et 50 nouveaux sont arrivés. Ça fait aujourd’hui (mai 2017) 200 !
      Je vous laisse faire le calcul de ma « fortune ».
      Vais-je arrêter le blog ? Non. Je repars à zéro.
      Je continue pour ce faible pourcentage de personnes qui préfèrent m’offrir le prix d’un café pour mes conseils et le bénéfice nettement supérieur qu’ils en retirent.
      Au fait, bien entendu, cette « fortune mensuelle » est soumise au RSI, sans oublier les coûts d’hébergements des blogs (2 blogs et 6 noms de domaines).
      Si l’appât du gain avait été mon seul but, ce n’est sûrement pas sur internet que j’aurais décider d’entreprendre !
      Je ne suis pas le moins du monde en colère, je suis réaliste. Si on m’enlève tout, je suis prêt à recommencer. Paris ne s’est pas fait en un jour. Même un chemin de mille lieux commence par un pas. Et la vie n’est pas un long fleuve tranquille.
      Pour finir, après avoir émis des remarques désobligeantes, vous voulez que je vous propose de rédiger des articles pour augmenter ma réactivité ?
      Je laisse à chacun se faire sa propre opinion sur votre dernière phrase.
      Je pourrai en dire encore et encore, mais je préfère utiliser mon énergie là où c’est utile, pour des personnes de bonnes volonté, et dans la constructivité.
      Heureusement, j’ai reçu suffisamment de mails de soutien, de compréhension sur ce choix d’abonnement, on m’a même dit que c’était normal d’avoir une compensation car tout travail mérite salaire.
      Tenter de gagner sa vie d’une façon « différente » n’est pas bien vu.
      C’est comme ça, je fais avec.

      J’en profite pour remercier sincèrement et en toute humilité mes abonnés actuels qui aiment ma façon d’écrire autrement qu’en 3 lignes et qui apprécient mon travail.

      Je ne vous en veux pas, j’espère même que d’autres lecteurs vont lire notre échange.

      Je vous souhaite toutes réussites dans vos projets et dans votre famille.

      Bien amicalement,

      Christophe

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 9 + 14 ?
Please leave these two fields as-is: