Soigner son entrée, en restant protégé (Partie 3)

Bon, notre petite entrée est bien jolie avec sa terrasse et ses 2 poteaux, mais si on veut pouvoir, comme le promet le titre, rester au sec par temps de pluie avec les bras chargés de provisions tout juste sorties de la voiture, il va falloir s’attaquer à la couverture en polycarbonate.

Quand vous n’avez jamais mis en oeuvre un tel matériau, avoir avec soi un technico-commercial compétent qui comprend rapidement que c’est « votre première fois » 😉 et qui vous explique la marche à suivre… ça aide !

Bé oui, parce que venir au monde avec déjà des compétences en pose de polycarbonate, j’ai pas encore vu !

En Légo encore, j’dis pas… 😉 !

Le polycarbonate se décline en plusieurs épaisseurs et longueurs.

La pose se fait dans le sens de la pente, en appui sur des chevrons assurant le rôle de charpente (en cas de grande longueur, un renfort intermédiaire et parallèle aux deux bastaings haut et bas, sera nécessaire) :

 

 

D’abord l’épaisseur des plaques : elle varie de 4mm jusqu’à 55mm, en passant par 10, 16 et 32mm.

Plus la plaque est épaisse, plus elle comporte d’alvéoles, ce qui lui maintient une légèreté tout en améliorant son pouvoir isolant :

 

 

La longueur : elle peut varier suivant les fournisseurs, 2m, 3m et 4m en général.

Quant à la largeur, elle, elle est constante : 1m.

Plus exactement 98cm.

Et pourquoi 98cm et pas 1m ?

Parce que les plaques s’insèrent dans des profilés en aluminium placés tous les mètres (de milieu de profilé à milieu de profilé).

Ces profilés eux-mêmes fixés sur les chevrons illustrés plus haut :

 

Les profilés de bordure ne peuvent recevoir qu’une plaque

 

Compte tenu de la dilatation possible du polycarbonate suivant les différences de température, il faut laisser de chaque côté de la plaque, un jeu de 5mm (schéma ci-dessous) entre le bord de la plaque de polycarbonate et le profilé.

Ajoutez à cela l’épaisseur interne du profilé et l’on comprend pourquoi les plaques ne font que 98cm :

L’épaisseur interne du profilé, en double cloison, permet de fixer les profilés sur les chevrons.

Dans le cas des profilés représentés précédemment, il faudra bien entendu percer ces profilés pour permettre le passage de vis de fixation à tête bombées plates et munies de préférence d’une rondelle caoutchouc assurant l’étanchéité.

Ceci dit, ce type de profilé est un « bas de gamme », ce qui ne veut pas dire qu’il est mauvais.

Je vous conseille en effet de ne pas essayer de fixer tous vos chevrons équipés de leur profil respectif, pour ensuite tenter de faire glisser à l’intérieur les plaques de polycarbonate.

Si vous pensez que ça se passera aussi facilement que de refermer une boite d’allumette, ce sera plus une avalanche de jurons bien choisis 🙁 !

La solution consiste à fixer le premier chevron équipé d’un profilé de bordure, ensuite on insère une plaque équipée de ses adhésifs (voir plus bas) dans le profilé.

Une fois la plaque en place, on enfile sur cette dernière le deuxième profilé (lui-même déjà fixé sur son chevron), et là on fixe le chevron.

On répète l’opération avec les plaques et les profilés suivants jusqu’à finir avec l’autre profilé de bordure.

A contrario (j’parle bien hein ?), il existe des profilés plus sophistiqués, en deux parties, la première (partie basse) permettant la fixation de tous les  profilés sur les chevrons déjà fixés puis la pose des plaques en toute facilité.

La seconde (partie haute) maintenant en sandwich les plaques et cachant par la même occasion les vis de fixation :

 

Ça, c’est la théorie.

Je dis cela, car en pratique, c’est autre chose.

La partie haute doit normalement s’emboîter sur la partie basse.

Si elle se clipse simplement en appuyant dessus, oui, c’est parfait, encore faut-il pouvoir grimper sur la toiture en cours de réalisation ???

Ah ah, elle est bonne ma remarque, non ?

Mais d’autres systèmes impliquent que la partie supérieure se glisse le long de la partie inférieure, se qui doit « normalement » permettre de pouvoir la glisser dans l’autre sens pour un démontage éventuel.

Sauf que souvent… ça ne fonctionne pas 🙁 !

Alu sur alu, ça finit par accrocher, et pas qu’un peu 🙁 !

Et même en appliquant un lubrifiant, y’a rien à faire !

La solution ? Donner du jeu en limant l’une ou l’autre pièce (tout dépend leur forme).

Le plus facile sera en utilisant une disqueuse équipée d’un disque métal.

Vérifiez donc ou demandez bien avant l’achat la marche à suivre pour assembler les deux parties.

Ben donc… finalement… le profilé en H, il est mieux, non ?

J’avoue qu’il n’est pas si mal que ça 😉 !

 

Si vous avez besoin de recouper une plaque, que ce soit en largeur ou en longueur, il existe un outil formidable !

A mes débuts j’utilisais une scie sauteuse avec une lame à denture fine pour le métal.

Mais c’était pas terrible.

Depuis, j’ai découvert la disqueuse (petit modèle) avec un disque de 1 mm d’épaisseur pour tronçonner de la tôle, et là c’est du bonheur.

Finesse, netteté, et rapidité de la coupe !

Même si pour certain cela revient à utiliser un bazooka pour tuer une mouche 🙂 , moi je dis que lorsque le résultat est de qualité, il faut savoir utiliser différemment les équipements existants.

Revenons à notre plaque qui vient juste d’être découpée.

Avant sa mise en place, après un petit coup de soufflette dans les alvéoles pour retirer les poussières de tronçonnage, il faut appliquer un adhésif étanche à l’extrémité de la partie qui se trouvera en haut, et un adhésif respirant en partie basse :

Ben pourquoi ?

Pour éviter la formation de buée et que des insectes ne viennent s’installer dans un logement qui pourrait leur convenir 😉 .

Enfin, quand les plaques sont en place, des profilés de finition (profilés obturateurs) sont insérés en bout de plaque ainsi que des plaques de finition (arrêts de plaques) à l’extrémité des profilés :

 

 

Si vous avez comme sur les photos de cette article à poser une des plaques de polycarbonate sous une toiture existante, pensez à laisser suffisamment de place au-dessus du bastaing horizontal fixé sur la maison afin de pouvoir placer dessus les chevrons et les profilés.

Et comment on fait pour fixer les chevrons, puisqu’il n’y aura pas assez de place pour utiliser une visseuse ?

Excellente question !

Une possibilité, utilisée ici, est de fixer les chevrons sur les bastaings (par le dessous) à l’aide d’équerres métalliques dont l’angle aura été corrigé pour s’adapter à la pente.

Enfin, si votre toiture en polycarbonate ne commence pas sous une toiture existante comme dans le cas de cet article, il sera nécessaire de réaliser un solin, c’est-à-dire une feuille de zinc plié fixée contre le mur de la maison et recouvrant la couverture en polycarbonate :

 

Pour parfaire les choses, il restera à poser une gouttière :

 

 

Voilà, votre entrée est maintenant protégée, vous n’aurez plus de prétexte pour ne pas aller faire les courses 🙂 !

 

 

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Abonnez-Vous pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  JE M'ABONNE !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

1 commentaire à “Soigner son entrée, en restant protégé (Partie 3)”

  1. Isabelle dit :

    Bonjour,
    merci pour vos explications on ne peut plus claires, vraiment toutes les étapes sont parfaitement expliquées et surtout illustrées. J’aurais une toute petite question : comment réalise-t-on l’étanchéité entre le premier profil et le mur en bardage sur la photo ?.Même chose pour la partie au dessus de la porte ? à ces deux endroits faut-il mettre un joint particulier ou du silicone ? D’avance un grand merci

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 14 + 14 ?
Please leave these two fields as-is: