Diagnostiquez votre installation (e-Basic partie 7)

Avant de se lancer dans le grand bain et mettre les mains « dans le cambouis », il est important de diagnostiquer une installation existante pour savoir si une sécurité optimum est assurée, tant pour les appareils que pour les utilisateurs.

Cet « audit » permet de savoir si une rénovation s’impose, et représente aussi un premier contact avec les normes, un moyen de les aborder progressivement pour constater qu’elles sont beaucoup moins effrayantes qu’elles n’y paraissent 😉 !

Cet article étant relativement long, je vous rappelle de ne pas chercher à retenir toutes les informations.

L’application prochaine à votre projet permettra d’appliquer et de retenir 😉 !

 

Point N°1

Commençons par un petit retour en arrière… 😉

N’avez-vous pas le souvenir dans votre enfance (pour les plus âgés d’entre nous), des coupures de courant à cause des orages ou de problèmes diverses, et se produisant presque toujours le soir, histoire de bien nous foutre les boules lorsqu’on se retrouvait dans le noir.

Mon père m’avait montré la boite EDF beige accrochée dehors à un poteau, à une trentaine de mètres de la maison, et une fois ouverte il fallait appuyer sur un bouton de réarmement pour rétablir le courant.

Alors souvent, dans ces moment d’obscurité, j’entendais :

Christophe ? Tu peux aller remettre le courant ?

Mais bien sûr… ouais youpi 🙁 !

Habitant en campagne, sortir seul la nuit n’a jamais été une partie de plaisir à cause des « imaginaires » Alien, Loups-garous et autres monstres nocturnes qui n’attendaient que ça pour nous faire peur et nous bouffer !

C’était donc avec la rapidité de l’éclair qu’après une profonde inspiration je m’élançais dans la pénombre jusqu’à la fameuse boite magique, l’ouvrais, appuyais sur le bouton, et voyant la maison s’éclairait de nouveau je refermais et m’élançais aussitôt sur le retour tel un superman !

Ce qui ne m’empêchais pas de sursauter, terrassé de terreur, dès que je marchais sur une noisette !

Sans oublier que parfois, tremblant comme une feuille, à bout de souffle, fier d’avoir réussi cette périlleuse « mission impossible », mais surpris de ne plus voir la lumière, j’entendais :

Christophe ? Tu peux retourner, ça vient de ressauter 🙁 !

C’est donc entre autre en pensant à moi que ces messieurs améliorant les normes, ont décidé que pour les foyers dont le disjoncteur de branchement (le disjoncteur principal) n’est pas dans la maison près du tableau de répartition mais dans une boite beige dehors (et parfois relativement éloignée), il faut ajouter un dispositif de coupure (l’équivalent d’un interrupteur) juste avant et à côté du tableau de répartition.

Pffff !!! Ils n’auraient pas pu y penser plus tôt 🙁 !

Z’avez vu ? On vient d’aborder le premier point normalisé du diagnostique de votre installation :

  • Vous devez pouvoir couper rapidement l’alimentation générale sans perdre de temps et sans courir au bout d’un chemin !

Précision importante : ce point de coupure proche et accessible permet bien de couper volontairement l’installation en cas d’urgence ou d’intervention, mais ne vous empêchera pas d’aller réarmer le disjoncteur de branchement au bout du chemin (si tel est le cas) si c’est lui qui a coupé comme de la cas de l’anecdote précédente.

Le point de coupure doit être librement accessible, c’est à dire pas derrière une porte (placard, coffret, pièce) fermée à clé, est doit être placé à moins de 1,80m du sol.

Si votre disjoncteur de branchement se trouve près de votre tableau électrique, inutile d’ajouter ce deuxième point de coupure.

Pour mieux visualiser la « chaîne » des éléments qui composent une installation électrique, voici un petit schéma de principe :

Le point de coupure sera intercalé si nécessaire entre le disjoncteur de branchement et l’interrupteur différentiel

 

La fameuse boite beige (parfois grise) qui existe toujours en limite de propriété, contient le compteur électrique (classique ou Linky), et contient encore assez souvent le disjoncteur de branchement.

Pourquoi à l’intérieur de certaines maisons il y a le disjoncteur de branchement, et parfois même aussi le compteur, près du tableau de répartition (appelé aussi tableau électrique), alors que dans d’autres maisons le compteur accompagné ou non du disjoncteur de branchement se trouve dehors dans la boite beige ?

C’est tout simplement une question de coût 🙁 !

Les laisser dehors revient moins cher que de les avoir à l’intérieur de la maison, comme quoi le confort à un prix !

Résumé point N°1 :

  • Disjoncteur de branchement près du tableau – > parfait (permet une coupure volontaire rapide)
  • Disjoncteur de branchement dehors ou trop difficile d’accès -> ajout d’un point de coupure près du tableau

 

Point N°2

La deuxième vérification à effectuer est la présence d’au moins un DDR pour protéger la totalité de l’installation !

Pour lire la suite, vous devez être abonné.




Abonnez-vous dès maintenant !
Cliquez ici si vous avez perdu votre mot de passe

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Abonnez-Vous pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  JE M'ABONNE !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 15 + 11 ?
Please leave these two fields as-is: