Découvrez les bases du placo (partie 2/2)

Nous avons vu dans la première partie Découvrez les bases du placo (partie 1/2) la mise en place de l’ossature métallique qui recevra les plaques de plâtre.

Nous allons voir maintenant la pose du « placo » 😉

Ici, nous partirons du principe que nous réalisons une cloison standard, sans porte, pour séparer une pièce en deux.

 

 

 

 

Voici pour rappel et vu de dessus, le schéma d’implantation de l’ossature métallique :

Les panneaux ou rouleaux d’isolants étant disponibles en 60 cm de large, il est très facile de les mettre en place entre les montants doublés dos-à-dos 🙂

Pour la mise en place des plaques de plâtre, l’idéal est de les placer d’un côté et de l’autre de la cloison décalées l’une par rapport à l’autre.

Comme ceci (en bleue et toujours vu de dessus) :

Je n’ai dessiné que deux plaques pour illustrer ce décalage.

Il suffit de compléter la partie inférieure gauche sur ce dessin avec une plaque coupée à 60 cm de large, une autre plaque complète sur la partie supérieure à droite de la première, ensuite mesurer les dimensions restantes et les couper dans une ou plusieurs plaques pour compléter cette cloison.

La coupe des plaques de plâtre est très simple : une fois le tracé effectué sur le « beau » côté, la coupe se réalise à l’aide d’une règle et d’un simple cutter.

Un seul passage de ce cutter le long du trait coupe le carton de surface et un peu le plâtre.

Ensuite vous retournez la plaque et vous pliez la partie la moins encombrante.

Elle se « brisera » proprement en suivant le trait de cutter 🙂

Seul le carton inférieur maintiendra ensembles les deux morceaux.

Un dernier passage de cutter coupera ce carton.

Si des irrégularités se présentent le long de la coupe, utilisez une de ces râpes spéciales « Placo » pour les éliminer et obtenir un bord bien droit 😉

Je sais que certains lecteurs expérimentés et/ou professionnels diront « Erreur !!!, il faut couper le bord aminci des plaques s’il se trouve en bordure d’un mur perpendiculaire, ou d’une porte ».

Absolument, ils on raison. Mais je m’adresse ici à des lecteurs désireux d’apprendre à réaliser des travaux chez eux avec un budget limité au seul achat des matériaux.

Un bord aminci en début de mur perpendiculaire ou de porte n’est PAS une erreur.

Il suffit simplement de combler cette différence d’épaisseur avec de l’enduit.

Et lorsque cet enduit est réalisé correctement, aucune différence n’est visible.

Il faut savoir que couper un bord aminci diminue la largeur de la plaque d’environ 6 cm et qu’il est donc nécessaire d’en tenir compte au moment de la réalisation de l’ossature.

Ensuite, concernant le budget achat des matériaux, une « perte » de 6 cm sur la totalité de la hauteur d’une plaque peut contraindre à acheter une plaque supplémentaire pour finir les travaux 🙁

Je laisse donc le lecteur agir à sa guise en ce qui concerne la coupe ou non du bord aminci au début de la cloison.

Pour fixer les plaques, utilisez les vis 3,5 x 25 citées dans l’article Découvrez les bases du placo (partie 1/2).

Les plaques ne doivent pas être posées au sol. Pour des raisons de risque d’humidité, et parce que les plaques se « détendent » une fois en place. Une déformation peut donc se produire si un espace n’est pas libre en bas.

Coupez donc les plaques 1 cm de moins que la cote réelle et utilisez un lève-plaque pour vous aider à les soulever afin qu’elles touchent le plafond.

Ce lève-plaque s’utilise au pied comme une pédale. La partie droite avec la petite butée verticale sur cette photo, se glisse sous la plaque, un pied se place dans l’anneau métallique. En appuyant avec le talon on soulève la plaque et on procède au vissage (Comment bien choisir sa visseuse). Insérez une vis au niveau des rails et des montants, environ tous les 30 cm.

Une fois les plaques en place et vissées, il ne reste plus qu’à réaliser les bandes. Pour cela, lisez l’article Plaques de plâtre : Découvrez le secret pour réussir vos bandes comme un pro

Nous aborderons dans un autre article l’intégration d’un bloc-porte lors de la réalisation d’une cloison comme celle-ci.

A bientôt 😉

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Abonnez-Vous pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  JE M'ABONNE !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

21 commentaires à “Découvrez les bases du placo (partie 2/2)”

  1. Yann dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord je tenais à vous féliciter pour votre site, les explications sont toutes très claires et ça donne envie de tout faire soit-même !

    J’ai besoin de conseils pour une cloison. On vient d’acquérir avec ma petite-amie une maison. A l’étage il y avait du lambris partout que nous avons enlevé Nous avons découvert qu’il y avait sur l’une des cloisons de séparation entre deux chambres, une ouverture d’environ deux mètres de haut sur 70 cm de large (cloison alvéolaire de 5 cm)…

    Nous pensons combler cette ouverture en posant sur la cloison existante du ba13 sur toute la longueur de la cloison existante (2,85 mètres de long).

    Plusieurs questions me viennent :

    – Comment fixer le ba13 sur la cloison alvéolaire ? Vis, colle ?

    – J’ai bien compris dans votre article que c’est mieux de couper le bord aminci pour un mur perpendiculaire. Mais dans mon cas, j’ai acheté des plaques de 120×60 (plus simple pour le transport). Or en calculant rapidement, il me faudrait 4,75 plaques de 60 pour couvrir toute la longueur de la cloison (2,85 m de long). Si je met un morceau de 15cm, puis 4 plaques de 60 cm puis un morceau de 30 cm, est-ce que c’est bon ? J’ai peur qu’une largeur de ba13 de 15 cm ne soit pas suffisante…

    – Sur la hauteur de 2,45 m que j’ai, quel empilement je dois faire ? Moi je pensai faire 1m+1m+45cm. Pareil, est-ce que c’est bon ?

    Désolé pour ces questions peut être un peu simple mais je suis un grand débutant et je préfère bien faire les choses, je suis un peu trop rigoureux et j’aime savoir les petits détails !

    Merci d’avance pour votre réponse ! Et bonne continuation pour votre site que j’ai directement mis en favori !

    Yann.

    • christophe dit :

      Bonsoir Yann,

      Et merci pour vos compliments 🙂 !

      Pourquoi souhaitez-vous recouvrir tout le mur pour fermer cette ouverture ? Est-ce parce qu’il n’est pas très présentable 😉 ? Parce que vous pouviez réaliser une ossature métallique de 48mm à l’intérieur de l’ouverture, insérer de la laine de verre à l’intérieur et plaquer de chaque coté. Un peu de mortier adhésif pour boucher les quelques espaces, quelques bandes et enduits et c’était fait.

      Pour recouvrir tout le mur, si ce dernier est bien plan, le mieux est de coller les plaques avec des plots de MAP (Mortier Adhésif pour Placo), plots disposés environ tous les 30cm. Le problème c’est qu’au niveau de l’ouverture vous n’aurez pas de support pour coller :-(. Il faudrait fixer quelques tasseaux ou des morceaux de rail ou montant pour pouvoir visser les plaques à cet endroit.

      Couper le bord aminci en contact avec un mur perpendiculaire est conseillé, mais pas obligatoire. C’est uniquement pour faciliter la pose des bandes, car si ce bord est laissé, il faut charger un peu plus en enduit. Quand on se débrouille bien avec l’enduit, ce n’est pas un problème.

      Pour réaliser vos collages, il n’y a pas de règle, l’important étant la finition. Même un petit morceau de 15cm peu être utilisé.
      Idem pour réaliser votre empilement, à partir du moment où vous commencez par le bas, les morceaux suivants se poseront dessus. Donc votre idée 1m+1m+45cm peu être mise en application.
      Surveillez régulièrement l’aplomb de vos collages les uns par rapport aux autres en plaquant une grande règle sur l’ensemble et à différents endroits.
      La seule difficulté pour réussir le collage du placo par des plots de MAP, est de le faire ni trop dur pour pourvoir appuyer sur les plaques pour les mettre en place, ni trop mou pour ne pas qu’il tombe 🙁 !

      N’hésitez-pas à me solliciter de nouveau si je n’ai pas été clair.

      Bien amicalement,
      Christophe

  2. Yann dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre réponse.

    Mais entre-temps vous avons changer nos plans et décider d’abattre la cloison et de faire une structure propre avec ossature métallique 48 mm !

    Nous avons monté l’ossature hier et ce soir, on attaque le posage des plaques de placo puis joints ! Bien plus propre que le collage…

    D’ailleurs qu’elle isolant phonique utiliser ? Laine de roche, laine de verre, autre ?

    J’espère que les joints vont bien se passer, c’est l’étape la plus compliqué…

    Merci encore.

    Cordialement,
    Yann

  3. christophe dit :

    Bonsoir Yann,

    Le choix d’un isolant, en plus du coefficient d’isolation, est une question de budget. Si on reste dans le « juste prix » ;-), donc avec des isolants classiques, la laine de verre dispose d’un pouvoir d’isolation phonique meilleur que la laine de roche. Pour les autres isolants (laine de bois, chanvre, etc.), je ne dispose hélas pas d’information comparatives :-(.

    Bien amicalement,
    Christophe

  4. betty dit :

    Bonjour,

    je souhaiterais savoir ce qui est le mieux pour doubler des murs de platres abimes avec remontees par capillarité. Je pensais coller du ba10 en laissant un vide au niveau du sol en le comblant. Je souhaite perdre le, moins de surface possible dans ma piece.

    Dans l attente
    merci

    • christophe dit :

      Bonsoir Betty,

      La première question qui me vient à l’esprit, c’est « est-ce que les remontées par capillarité sont résolues ? »
      Doubler un mur qui subit toujours les ravages de l’humidité sera une perte de temps et d’argent. Le doublage, même s’il ne touche pas le sol, tiendra quelques temps, mais finira par se dégrader à son tour. Il est impératif de stopper définitivement l’humidité (en plus d’un séchage complet) avant d’envisager la réfection d’un mur.
      Si le problème vient de l’extérieur, un drainage associé à un film d’étanchéité contre le mur incriminé résoudra le problème.
      N’hésitez-pas à m’en dire plus.

      Bien amicalement
      Christophe

  5. vincent dit :

    Merci pour tous ces conseils,

    je suis sur une problématique double :

    1 – je dois découper une porte dans une cloison placo deja en place.
    2 – je dois fermer une ouverture, a priori grace a la methode exposée par ailleur sur ce site (http://www.reussir-ses-travaux.com/comment-condamner-proprement-une-porte-avec-du-placo)

    le but etant de séparer des toilettes de la sdb. Donc bien en tendu je compte mettre la porte avant de fermer l’ouverture .. sinon je condamne mes toielettes 🙂

    Je voudrais demander une précision à propos du centimetre qu’il faut laisser entre le bas de la plaque et le sol. Il faut aussi le laisser quand on condame une porte? concretement ca fait un trou… je fais comment pour le boucher? une plinthe ? du MAP?

    Merci beaucoup.

    • christophe dit :

      Bonsoir Vincent,

      L’espace qu’il est conseillé de laisser dans le bas d’une plaque de plâtre, permet à cette plaque de se « détendre » sans risque de se cintrer.
      Ne bouchez pas cet espace avec du Map, il sera caché par une plinthe.

      Bien amicalement,
      Christophe

  6. Olivier dit :

    Bonjour,

    J’ai bien l’intention de suivre tous vos précieux conseils pour transformer une pièce de mon sous-sol en chambre. Il me reste une question. Le sol actuel de cette pièce est en fait la chape de la maison. Aucun revêtement de sol n’y a été posé et il se trouve actuellement 6cm plus bas que le niveau du carrelage des pièces voisines. Je compte doubler les murs et faire un faux-plafond en placo. Je vais faire un échappe pour rattraper le niveau du sol, mais je compte d’abord doubler les murs. Les rails du bas seront donc « pris » dans la chape, ma question : est-ce que le placo doit se trouver à 1cm du sol initial (donc bas du placo dans la chape) ou doit-il s’arrêter à 1 cm du sol fini ( chape + carrelage) ?

    Merci pour votre aide,

    Olivier

  7. eric dit :

    Bonjour,
    je dois installer des cloisons placo dans mon sous sol, problème, le plafond est en polystiréne (les ourdis parpaing ont été remplacés par des ourdi polystirène) comment faire tenir les rails au plafond ?
    merci

    • christophe dit :

      Bonjour Eric,

      Il s’agit de hourdis totalement en polystyrène (et vous voyez donc pas les poutrelles), ou ce sont des dalles polystyrène qui recouvrent entièrement le plafond ?
      Dans le cas ou vous ne voyez rien, faites un sondage avec une tige métallique fine afin d’essayer de déterminer l’épaisseur de polystyrène.

      Bien amicalement
      Christophe

  8. Christophe dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord bravo pour ces articles très pédagogiques.
    Ensuite, je dois réaliser une cloison pour doubler un mur exérieur dans mon grenier. La cloison sera perpendiculaire à la pente de toît et viendra poser sur un plancher d’osb (lui même fixé sur le solivage). Elle prendra doc la forme d’un trapèze. Je me demandais quels étaient les avantages de réaliser ce type de forme complexe en ossature métallique plutôt qu’en ossature bois… (N’ayant jamais travaillé les ossatures métalliques, je suis un peu dubitatif)

  9. christophe dit :

    Bonjour Christophe
    Beau prénom !!! 

    Tout d’abord bravo pour ce site et les conseils qui permettent de se lancer en confiance.
    Voila, j’essaye de réaliser une pièce dans les combles ossature métallique et plaques de plâtres. Après avoir, mis suspentes, isolation 1 (lambda 35 ; 100mm) , isolation 2 (lambda 32 ; épaisseur 100m + kraft) et connecté les fourrures voici le temps de la pose des plaques et des questions…
    Le plan défini par les fourrures fait un angle de l’ordre de 35-40° avec le plafond horizontal. Ce plafond est posé sur des solives apparentes de 10cm*10cm tous les 30 cm.Il va donc falloir faire des découpes en créneau au niveau de ce plafond bien évidemment . La dernière fourrure que j’ai placée juste en dessous des solives se trouve compte tenu de l’angle à environ 17cm.
    -Fau- il placer un tasseau coupé avec l’angle ad hoc au plafond pour venir visser la plaque de platre ou bien ces 17 cm peuvent-ils rester » en l’air » ?
    -au niveau de la jonction avec le plafond, faut-il couper la plaque avec l’angle reporté pour que l’épaisseur de la plaque vienne parrallèle au plafond ?
    -pour le joint plaque/plafond faut-il mettre de la bande tous ces 30cm ; ou un joint accrylique ; ou un enduit de rebouchage ?
    Ces questions sont surement triviales pardonnez-moi …

    Cordialement

    • christophe dit :

      Bonjour Christophe,

      Ce « détail » arrive souvent sur un chantier de placo 😉 .

      Ce n’est pas utile d’ajouter des tasseaux.
      17cm en « porte-à-faux » à un endroit où il n’y aura pas d’effort, vous pouvez laisser tel quel.

      Coupez votre plaque comme d’habitude, sans angle particulier avec le plafond, et laisser même un espace de 5 à 10 mm avec ce plafond.
      Ça parait beaucoup, mais je vous assure que ce n’est pas pour autant qu’au final ce n’est pas solide.
      On a souvent tendance à vouloir peaufiner les choses et s’appliquer, on peut dire aussi perdre du temps, alors qu’en s’y prenant en apparence « comme un bourrin » (je n’en suis pas un 😉 ), le travail sera fait plus rapidement, tout aussi solide, et aussi beau 🙂 !

      Une fois votre plaque en place avec ces 17 cm « dans le vide » et un espace avec le plafond, bouchez l’espace avec du map comme je l’explique ici :

      http://www.reussir-ses-travaux.com/comment-reboucher-facilement-et-rapidement-joints-et-fissures

      Une fois l’espace bouché et sec, faites une bandes et de l’enduits, et vous aurez un résultat solide et impeccable 🙂 !

      Bien amicalement, Christophe

  10. christophe dit :

    Merci Christophe

    Pour être honnête je n’avais pas de liaison internet sur mon lieu de chantier et dans le doute j’ai fait tout faux…Tasseau, angle et tentative pas toujours heureuse et longue d’être au mm près… C’est vrai que j’y ai passé beaucoup de temps… mais il reste du travail ; et l’enseignement et le conseil sont retenus.
    J’aurais surement d’autres questions à venir. La première qui me vient à l’esprit est la jonction entre un mur en parpaing et siporex et une cloison BA13… Ce mur en siporex aujourd’hui nu devra être enduit.
    -quel enduit pour un pur novice en enduisage pour ce mur en siporex (je sais que je vais très certainement passer du temps d’apprentissage)
    -pour la bande d’angle ? avant ou après l’enduisage du mur ?

    Je n’en suis pas encore là mais la question se pose pour moi tout de même.

    Cordialement

    Christophe

  11. Jeanco dit :

    Bonsoir,

    Je souhaiterai savoir si la pose de placo se fait avant ou après la chape de finition.

    Cordialement

    Jeanco

  12. fred dit :

    Bonjour,

    Pourquoi laisse-t-on 10mm de jour entre le placo et le sol pour les cloisons, et pas pour les murs ou les rampants.
    Sur toutes les vidéos sur internet, on voit les plaques posées à même le sol…

    Merci.

    • christophe dit :

      Bonjour Fred,

      C’est écrit dans l’article :

      « Les plaques ne doivent pas être posées au sol. Pour des raisons de risque d’humidité, et parce que les plaques se « détendent » une fois en place. Une déformation peut donc se produire si un espace n’est pas libre en bas. »

      Si certains diffusent des vidéos sur internet sur lesquelles les plaques reposent au sol, cela n’engagent que ces personnes.
      Il existe des règles de construction, que l’on nomme DTU, et voici ce qui est dit à propos de ces DTU (dixit placo.fr sur http://www.placo.fr/Reglementation/Regles-de-l-art-DTU/Qu-est-ce-qu-un-DTU) :

      « DTU est un acronyme, désignant un Document Technique Unifié. Ce document est la synthèse des règles de l’art concernant les ouvrages. Rappelons qu’un DTU n’est pas obligatoire. En revanche, le non-respect du DTU pourrait entraîner l’exclusion des garanties offertes par votre contrat d’assurance. »

      Ce texte met les professionnels en face de leurs responsabilités.
      Les particuliers font comme ils veulent !

      Bien amicalement,
      Christophe

  13. ALAIN dit :

    Bonjour

    j’ai terminé des travaux de maçonnerie et de pose de fenêtres. Arrive l’étape de la finition intérieure, et de la pose des montants et fourrures autour des fenêtres.
    J’ai lu les articles et je ne trouve pas ce sujet, y a t il quelque chose que j’aurai loupé ??
    A vous lire

  14. Sam dit :

    Bonjour,

    Question peut etre un peu simplette, mais je ne trouve pas la réponse.
    Nous sommes en train d’isoler phoniquement une salle de bain.
    Nous avons mis l’ossature métallique et de la laine de roche.
    Mais au moment de poser les plaques hydrofuges, celles ci sont trop courtes de 5cm (ou 4cm si on enleve les 10mm au sol).
    Est ce que pour des raisons mécaniques, il est impératif que la plaque soit vissée dans le rail supérieur?
    (sachant que nous allons doubler le plafond, et que la différence de hauteur ne se verra plus).
    Ou peut on visser les plaques uniquement dans les montants?

    Merci d’avance

    • christophe dit :

      Bonjour Sam,

      Si le doublage du plafond va cacher cette petite bande manquante, ce n’est pas grave, et vous pouvez laisser comme ça.
      Un vissage dans les montants sera dans souci suffisamment efficace.

      Bien amicalement,
      Christophe

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 5 + 12 ?
Please leave these two fields as-is: