Découvrez les bases du placo (partie 1/2)

Quand je dis Placo, c’est pour que « tout le monde » comprenne. Car en réalité, Placo, c’est une marque, comme Mobylette 😉

Le titre devrait donc être : Découvrez les bases de la mise en œuvre des plaques de plâtre. Mais c’est trop long 🙂 !

 

 

 

 

 

 

Avant d’aborder ce sujet, il est important de connaître la dimension des plaques de plâtre, appelées aussi BA10, BA13, etc. (BA pour Bords Amincis).

Les hauteurs couramment utilisées sont :

  • 2,50 m
  • 2,60 m
  • 2,80 m
  • 3 m

La largeur « normale » des plaques est de 1,20 m.

Normale, car une largeur réduite de moitié (60 cm) est disponible pour les approvisionnements difficiles (escaliers à monter par exemple).

Et c’est cette largeur qui détermine l’assemblage de l’ossature métallique sur laquelle seront fixées les plaques de plâtre.

Pour réaliser cette ossature, on utilise des rails, à fixer au sol et au plafond, et des montants à insérer dans ces rails.

Ces montants, espacés tous les 60 cm, sont disponibles dans les même hauteurs que les plaques de plâtre.

Pour couper les rails et les montants, vous pouvez utiliser une petite tronçonneuse avec un disque métal, ou si vous préférez le silence, une cisaille fait parfaitement l’affaire :

Voici une cloison standard en rail/montant de 48 mm de large (largeur standard des cloisons en plaques de plâtre) :

 

Sur la photo ci-dessus, les montants sont simple (un seul tous les 60 cm). Il est possible, voire conseillé, de doubler ces montants, du moins à l’endroit ou deux plaques de plâtre se joignent. Il est ainsi plus aisé de réaliser le vissage.

Si l’on souhaite faire une cloison solide, tous les montants doivent être doublés comme schématisé ci-dessous (vue de dessus) :

La fixation des montants entre eux s’effectue à l’aide de vis pour plaques de plâtre (schématisée en bleu sur le schéma ci-dessus).

Les vis couramment utilisées sont des 3,5 mm de diamètre par 25 mm de longueur (3,5 x 25). Ces vis sont auto-perforantes, donc à l’aide de votre visseuse, ces vis traverseront sans problème les deux épaisseurs de montant. 5 vis par montant sont suffisantes.

Lorsque les rails ou les montants latéraux sont à fixer dans du bois, il est préférable d’utiliser des vis plus longues pour une meilleure accroche, comme des 3,5 x 35.

La fixation des rails se fait en utilisant des chevilles à frapper (perçage du sol en béton directement à travers le rail avec un foret béton du diamètre de la cheville. On insère la cheville dans le trou et on frappe la pointe avec un marteau. Attention, pour le plafond, jamais de trou dans des poutrelles, uniquement dans les parpaings appelés hourdis)

Donc, récapitulons :

Un rail au sol, un rail au plafond (bien entendu vous pouvez ajouter autant de rails que nécessaire pour arriver à la longueur désirée.

Un montant au début contre la cloison existante, un montant à la fin contre l’autre cloison existante.

Comme personnellement je préfère le travail de qualité ;-), tous les 60 cm deux montants accolés comme schématisé plus haut.

Ainsi, en plus d’avoir une cloison bien solide, si vous devez remplir cette dernière d’un isolant (laine de verre, laine de roche, etc), l’insertion sera facilitée car l’isolant est parfaitement maintenu de chaque côté par les montants.

Pour solidariser et rigidifier votre ossature, il faut assembler les montants avec les rails. Pour cela, utilisez une pince à sertir :

 

 

Cette pince est une sorte de perforeuse-agrafeuse. Les parties de métal perforées sont repliées sur elles-même.

N’utilisez pas de vis pour fixer votre ossature car la tête de vis dépassera et fera obstacle au bon positionnement des plaques de plâtre.

 

Sur cette dernière photo, vous apercevez un trait de crayon sur le rail supérieur entre les deux montants, et correspondant au 60 cm qui les séparent des deux précédents.

Ne vous inquiétez pas si votre cloison n’est pas un multiple de 60, et si votre dernier montant est à moins de 60 cm de l’avant dernier 😉

Nous verrons cela dans le prochain article 🙂

post-layout

Vous avez aimé cet article ?
ou Vous aimeriez en savoir plus ?

Abonnez-Vous pour Seulement
1,50 € par mois !

(Sans engagement)

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés, aux formations et projets réservés exclusivement aux membres.

+ Votre fidélité est récompensée (remises cumulables jusqu'à 50%) à valoir sur tous les dossiers existants et à paraître

+ Et pleins d'autres surprises...


  JE M'ABONNE !  

(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

54 commentaires à “Découvrez les bases du placo (partie 1/2)”

  1. PIERRE dit :

    Bonjour

    Si le rail du haut est fixé sur un plafond suspendu en plaque de platre; comment doit on le fixer?

    Salutations

    • christophe dit :

      Bonjour Pierre,

      Normalement (parce que les anciennes constructions cachent parfois des surprises), les plaques de plâtre d’un plafond suspendu sont fixées sur des fourrures (rail métallique pour plafonds et rampants de toitures), elles-mêmes clipsées sur des suspentes, et ces dernières fixées soit dans la maçonnerie pour un plancher béton (suspentes spéciales à griffes qui s’insèrent entre les poutrelles et les hourdis), soit sur des solives dans le cas d’un plancher bois.
      L’idéal serait donc de pouvoir détecter à l’aide d’un petit détecteur de métaux où se trouvent ces fourrures. Mais connaître leur position ne sera utile que si celles-ci sont perpendiculaires à votre cloison. L’idée étant de pouvoir visser le rail supérieur de votre cloison dans ces fourrures en traversant les plaques de plâtres qui composent le plafond.
      Mais si les fourrures sont dans le même sens que votre cloison, à moins d’une chance extraordinaire, vous serez probablement dans le vide 🙁 !
      Le principe restera donc le même que celui que j’ai exposé suite à votre question sur l’article « Comment assembler deux cloisons en plaques de plâtre », c’est à dire en utilisant de la colle PU, mais cette fois vous utiliserez des chevilles Molly (Google Images « chevilles molly » 😉 ) en lieu et place des vis de fixation du rail. Une cheville tous les 40cm. C’est un peu plus long car il faut percer le rail et le plafond, mais la résistance nécessaire à la tenue de votre cloison sera au rendez-vous :-).

      Bien amicalement,

      Christophe

      • PIERRE dit :

        Merci encore Christophe pour cette réponse claire et détaillée ;-).

        J’ai lu sur certain forum que certaine personnes fixé les rails du haut uniquement avec des vis en quinconce; que pensez vous de cette solutions?

        Salutations

        • christophe dit :

          Bonsoir Pierre

          J’ai effectivement vu cette solution, et si elle est appliquée seule pour fixer un rail dans une plaque de plâtre sans rien derrière, personnellement je n’approuve pas. Les vis dans du plâtre n’ont aucune tenue et doivent servir uniquement à positionner le rail le temps de mettre en place une autre solution solide de fixation.
          Bien sûr, compte tenu des montants mis en place par la suite, les vis de fixation du rail ne travailleront qu’en cisaillement et n’ont aucune chance de se casser. Mais le plâtre du plafond, lui, il va souffrir à chaque effort sur la cloison ou vibration engendrée par une porte.
          On retrouve le slogan : le temps c’est de l’argent ! Et c’est effectivement plus rapide de mettre quelques vis en quinconce que d’adopter une autre solution plus solide. Reste à savoir dans quel camp on se situe ;-).
          Parfois, en voulant gagner du temps et de l’argent au moment d’une réalisation, on se retrouve plus tard obligé de refaire le travail :-(.
          Dans le cas de l’utilisation de vis, un « plus » serait quand même d’appliquer un cordon de colle PU. Comme je l’ai déjà vanté, cette colle fait des miracles 🙂 !
          Et ça ne prend pas beaucoup de temps 😉 !

          A bientôt,
          Bien amicalement

          Christophe

          • Micky dit :

            Bonjour,

            Tout d’abord merci pour ton travail, c’est vraiment instructif.

            Dans le cadre de la mise en place d’une contre-cloison pour isolation phonique sur un mur mitoyen d’une maison des années 70, sur le rail qui sera fixé sur faux plafond en plâtre peut-on à la place de colle PU mettre 2 cordons de joint silicone acoustique ? Ce afin de rester dans le souci de la performance acoustique. Bien sûr la fixation sera avant tout assurée avec des chevilles molly.

            Micky

  2. gwenael dit :

    Bonsoir,

    Je suis complètement novice, je souhaites créer une chambre dans une piece, les murs latéraux sont déjà en placo, ma question porte donc sur les premiers rails latéraux, comment je peux les fixer sur le placo existant?

    J’espères que je suis clair, merci de votre réponse.

    Gwenael

    • christophe dit :

      Bonsoir Gwenaël

      J’ai écrit un article qui peut répondre à votre question et qui s’intitule « Comment assembler deux cloisons en plaques de plâtre », accessible dans le menu « INTERIEUR », rubrique « Cloisons sèches ».
      A la fin de cet article, j’explique 2 solutions pour fixer le premier montant dans un mur existant.
      Les vôtres étant en plaques de plâtre, si en vissant vos montants dans ce placo vous « tombez » derrière dans un autre montant, pas de pb.
      Si vous tombez dans le vide, soit vous agrandissez les trous dans le montant à fixer et le placo du mur existant et vous insérez des chevilles Molly (google images – cheville Molly), soit vous utilisez de la colle PU (Polyuréthane) comme décrit dans la deuxième solution évoquée plus haut.

      Si mon explication manque de clarté ou si vous rencontrez une difficulté, n’hésitez-pas à me recontacter.

      Bien amicalement,
      Christophe

  3. Aline dit :

    Bonjour,

    Je suis en train de me prendre la tête sur une installation alors avant de faire des bêtises, je pose la question. J’ai pour projet de faire un luminaire en placo à la place du plafonnier de mon salon. J’ai pris une plaque de placo taillée à 1.70 x 0.80m que je souhaite suspendre au centre de la pièce à 15cm du plafond (béton : immeuble des années 60) pour mettre des led tout autour. Chez le fournisseur on m’a dit de prendre des rails et des montants, de fixer les rails aux mesures au plafond et sur le plaque de placo et de les fixer entre eux par les montants de 15cm. On m’a dit que les pros étaient pas fan des tiges filetées, trop galère à mettre à niveau.
    Mais j’ai du mal à concevoir que les montants puissent supporter la plaque de placo… Si ? ça ne pose pas de problème ?
    J’aimerais éviter que l’installation nous tombe sur le coin de la figure pendant l’apéro…

    Merci pour votre aide,

    Aline.

    • christophe dit :

      Bonsoir Aline,

      Les Documents Techniques Unifiés (les fameux DTU) qui regroupent toutes les normes techniques dans le batiment, précisent qu’il est interdit de percer dans un plafond. Faire des trous dans des poutrelles peut créer une faiblesse dans ce plafond.
      Reste à savoir s’il s’agit d’une règle basée sur des faits tragiques. En tous cas, ces DTU préconisent l’utilisation de griffes spécialement conçues pour s’insérer dans le faible espace entre les poutrelles et les hourdis, insertion nécessitant l’aide d’un marteau. Une fois ces griffes en place, une suspente se règle à l’extrémité (voir l’article Réalisez un plafond en plaque de plâtre).
      La difficulté étant le plâtre qui recouvre le plafond, et que l’on doit donc gratter pour localiser les poutrelles et les hourdis.
      Alors, oui, c’est vrai, et je l’ai vu, certains artisans préfèrent la facilité de fixer des rails au plafond à l’aide de pointe à frapper, comme on vous l’a décrit pour votre luminaire.
      Rassurez-vous, si vous vissez bien correctement tous les éléments, votre luminaires tiendra parfaitement. Utilisez de préférence une sertisseuse pour joindre rails et montants.

      En résumé, voilà le dilemme :

      Soit vous suivez des règles bureaucratiques et disons-le « économique » (dans le sens « dépenser plus pour des matériaux spécifiques ») et dans votre cas, trouver la solution pour fermer les côtés de votre luminaires une fois que vous aurez réussi à gratter le plâtre et poser les tiges filetées ou autres systèmes. Sans oublier de nettoyer votre maison recouverte d’un film de poussière de plâtre généré pour trouver ces sacrées poutrelles, ou bien faire un bon vieux cadre en rail fixé dans le plafond, quelques montants de 15cm de haut, un autre cadre en rail, et le tout recouvert de placo.

      Les DTU doivent être respectés par les professionnels, c’est une chose.

      Pour les autres, a t-on déjà vu une maison perdre son plafond parce que son propriétaire y a fait quelques petits trous 😉 !

      Bien amicalement,
      Christophe

  4. mael dit :

    Bonjour,

    je souhaite doubler un mur existant avec du placo hydorfuge pour obtenir un mur lisse afin de poser du carrelage pour faire une salle de bain.

    J’ai pour habitude de fixer le placo avec du map lorsqu’il y a une couche d’isolant avec. Cette fois-ci je me demandais s’il n’était pas plus simple de fixer directement le placo au mur avec des vis (+ chevilles)?

    qu’en pensez-vous?

    merci pour votre réponse.

    bien à vous.

    Maël

  5. flavye dit :

    Bonjour

    Je suis dans la situation inverse. Je voudrais enlever des ossatures , je suis en train d’enlever des cloisons en placo et je suis coincée. Ce qui est serti est définitivement soudé?
    Merci

  6. Paul dit :

    Bonjour, je souhaite habiller mon foyer fermé de plaques type fermacell ou equivalent . type de pose du trou à feu soit une plaque de façade en 260 et 2 retours en 60 sur les côtés . isolation en panneau rockflakm inséré entre les montants ..je suppose qu il ne faut employer que du m46 en structure verticale double à chaque angle mais une petite interrogation subsiste ..en renfort et appui pour la chambre de décompression, puis je associer du m 46 perpendiculairement aux montants? Je soupçonne un ajustement à la grigno..merci de votre conseil et si vous avez un model operatoire je suis preneur ..merci pour votrevsite tres explicite. Paul

  7. Maxime dit :

    Bonjour,
    Sans pince à sertir, il me semble que beaucoup de personnes utilisent les vis à placo (2.5×35) pour fixer les montants aux rails.
    Or avec cette solution, les têtes de vis vont dépasser un peu.

    Le placo va t’il pouvoir bien épouser l’ensemble ?
    Autre question, faut il laisser un jour sous la plaque de placo (la faire 1 cm plus courte et la fixer à fleur au niveau du plafond), afin de l’isoler du sol pour éviter les infiltrations d’eau ?

    merci d’avance pour vos remarques !
    Maxime

    • christophe dit :

      Bonsoir Maxime,

      En utilisant des vis pour assembler l’ossature, le placo n’épousera pas l’ensemble et se cassera tout autour des têtes de vis qui lui font obstacle :-(.

      Il est vivement conseillé de laisser un espace d’environ 1cm en bas des plaques, non pas pas pour les isoler du sol (quoi que ;-)), mais parce que la plaque une fois fixée verticalement, va se détendre. Sans espace avec le sol, c’est toute la plaque qui risque de se cintrer en arrachant les vis.

      Bien amicalement,
      Christophe

  8. michel dit :

    bonjour
    je veux creer une cloison dans mon garage mais celui ci est isoler au plafond avec une epaisseur de 22 cm de polystirene donc le rail du plafond ne peut etre visser .comment faire autrement.

    la longueur est de 4 m sur 2.5 m de h et je veux installer une porte .
    merci de votre réponse
    cordialement michel

  9. Sylvain dit :

    Bonjour,

    Petite modif. à apporter pour travailler dans les règles de l’art et en respectant les normes françaises :

    La fixation des montants entre eux s’effectue à l’aide non pas de vis pour plaques de plâtre mais avec des vis auto-foreuses (acier zingué tête cylindrique empreinte cruciforme 3.5×010 par ex.) et on alternera le sens de vissage ( une vis qui traverse le montant côté droit vers le montant gauche et inversement). Ces vis servent également lorsque l’on n’a pas de sertisseuse pour fixer le montant dans les rails du haut et du bas.

    Si on utilise des vis placo, étant donné qu’elles ne sont pas filetées jusqu’au bout, les montants ne sont pas correctement fixés entre eux et surtout si l’on place un isolant dans l’ossature, cela évitera de s’écorcher ou de se planter dans les doigts, les vis placo qui sont très pointues.

  10. Jean Paul dit :

    Bonjour
    Je m’apprête à acheter les matériaux pour faire une cloison en placo. Je vois sur le site Leroy Merlin qu’on parle de montant et fourrure.
    Quelle est la différence entre les deux? Dans quel cas utilise-ton l’un ou l’autre?
    Merci de votre réponse.
    Cordialement
    Jean Paul

  11. christophe dit :

    Bonsoir Jean Paul,

    Les montants sont utilisés conjointement avec les rails, et sont principalement utilisés pour les cloisons verticales, comme décrit dans cet article.
    Les fourrures sont utilisées pour les plafonds et les rampants de toitures (voir l’article http://www.reussir-ses-travaux.com/realisez-un-plafond-en-plaques-de-platre-partie-2-2).
    Ça, c’est ce qu’on retrouve le plus souvent.

    Parfois, on peut quand même être amené à utiliser, pour un plaquage de mur (qu’on appelle aussi « contre-cloison ») des fourrures clipsées sur ce qu’on nomme « appuis intermédiaires ». Le réglage des appuis intermédiaire pour obtenir la planéité du mur est long et délicat, et c’est beaucoup plus rapide (et parfaitement plan 😉 )avec l’ensemble rail-montant.
    De même, pour des largeurs de pièce inférieures à 3m, on peut préférer utiliser cette fois des rails et des montants pour faire un plafond. C’est le même principe que pour l’ossature d’une cloison, mais réalisé à l’horizontal 😉 .

    Bien amicalement,
    Christophe

  12. Bruno dit :

    Bonjour, je souhaite monter une cloison pour doubler un mur exposé plein nord dans la chambre de mon fils (et donc trés froid au toucher quand le vent souffle). J’ai du plancher à l’ancienne au sol et les mur sont des murs en pierre recouvert de plâtre (ancienne maison lorraine). J’ai acheté montant M48 et rail correspondants et des plaques de laine de verre 45mm. J’avais quelques questions par rapport à mon projet pour me conforter dans ce que je veux faire.

    1) Pour fixer les rails au sol en plancher je pensais plutôt utiliser de longue vis à bois qui prendraient dans le plancher et la structure qui le soutient (bois dur posé sur la dalle béton de la maison). Je voulais votre avis sur ce point.

    2) Pour fixer mon rail au plafond et les montants au mur, dans la mesure ou mes murs et le plafond sont en béton recouverts d’un peu de plâtre je pensais plutôt utiliser des chevilles à béton.

    3) Le dernier point concerne la solidité de l’ossature. En effet je peux sertir sans problème le rail au sol et les montants latéraux ensemble. Mais mes angles mur/plafond ne sont pas droit mais arrondis en platre et donc les montants et le rail du plafond ne peuvent pas être sertis ensemble. Est un problème? Puis je laisser ainsi ou dois sertir un petit morceau de rail en diagonale pour les fixer ensemble?

    Je ne sais pas si j’ai été clair et j’aurai préféré vous montrer un schéma. Merci de vos réponses

    • christophe dit :

      Bonsoir Bruno,

      Si cet ancien plancher est toujours solide, vous pouvez sans crainte vous fixer dans ce seul plancher.
      Les chevilles à frapper peuvent être aussi utilisées dans les murs pleins et les plafonds, mais si vous préférez des chevilles à béton, la fixation sera aussi efficace.
      Concernant les angles mur/plafond en arrondis (configuration que j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer 😉 ), je retiendrai la solution de mettre un morceau de rail en diagonale, ce qui permettra de visser la plaque de plâtre à cet endroit.

      Bien amicalement,
      Christophe

  13. ROBERT dit :

    Bonjour à tous : je souhaite dans une cloison en placo-plâtre (cloison sèche) créer une ouverture entre cuisine et séjour avec pour motif essentiel d’y laisser passer de la lumière du séjour situé au sud vers la cuisine située elle au nord – j’envisage pour cela de découper ma cloison sur 1m60 de longueur et 0.80 de hauteur à environ 1.40 m du sol – cette ouverture ainsi crée j’envisage d’y installer une paroi style verrière vitrée – l’utilité n’en sera que le passage de la lumière et un sentiment d’espace supplémentaire et visuel entre les 2 pièces – cette verrière a un dormant de 0.35 mm elle est composée de 4 vitrages de 0.40 – ma question est la suivante comment fixer avec certitude cette verrière sur son pourtour en l’intégrant ainsi dans ma découpe de la cloison en placo-plâtre ?
    il s’agit d’une cloison en panneaux placo-plâtre d’épaisseur de 0.50mm
    si vous pouvez me conseiller j’en serai ravi et cela m’aidera à me décider – s’il y a la moindre difficulté ou incertitude n’hésitez pas à m’en faire part Merci d’avance à vous tous !

    • christophe dit :

      Bonsoir Robert,

      Si l’intérieur de l’ouverture, « le tableau », risque de se voir à travers la verrière, vous pouvez réaliser un cadre intérieur en contreplaqué (5mm d’épaisseur ou plus), de façon que la verrière puisse s’y insérer.

      Ensuite, pour maintenir cette verrière en place, vous pouvez réaliser deux cadres, un de chaque côté, cadres découpés dans des cornières (épaisseur à choisir en fonction de l’esthétique finale).
      Il sera peut-être nécessaire de réduire un des côtés de la cornière qui sera en contact avec la verrière. l’épaisseur de la cornière assurera de chaque côté une butée pour la verrière, et le retour sur le plat du mur assurera une finition parfaite des angles.
      Qu’en pensez-vous ?
      Redites-moi si mes explications n’étaient pas claires.

      Bien amicalement,
      Christophe

  14. Marie-Christine dit :

    Bonjour Christophe
    J’ai une question un peu différente à poser et je ne sais pas si quelqu’un pourra ou non me conseiller.
    Voilà actuellement avec ma sœur nous décollons les papiers peints (il était plus que temps) et bien évidemment nous constatons des fissures (sinon ça ne serait pas drôle) un peu partout.

    Ce que je voulais savoir si cela est possible ou non à réaliser:
    Puis-je acheter du placo plâtre pas trop épais (j’ai un radiateur qui n’est pas loin et grosso modo on dispose de moins de 3 cm) et le poser en le collant directement sur le plâtre abîmé avec des plots de colle. Ce qui ainsi nous éviterait surtout à moi de reboucher les multitudes de fissures qui de toutes manières finissent par réapparaître ? Si j’installais des rails, c’est juste impossible – pas suffisamment de profondeur pour pouvoir réaliser une telle installation. Et quant à retirer le plâtre, là je ne me vois pas tout casser car en plus on travaille avec tous les meubles qu’on déplace et il y en a énormément.

    Oui je sais c’est une question un peu bizarre mais en plus on ne veut plus remettre de papier mais de la peinture car avec 5 chats, c’est juste préférable.

    Merci par avance pour votre réponse.

    Bien amicalement
    Marie-Christine

  15. ayoub dit :

    Bonjour je dispose d’un bar en placo d’une profondeur de 45cm dans lequel je souhaiterais installé des etageres à l’interieur. Mais le pb est que j’ai des montants du côté où je veux ouvrir et je me demande si je peux les supprimer

    • christophe dit :

      Bonjour ayoub,

      Sans visuel de l’ensemble, difficile de se prononcer avec certitude.
      Mais je pense que oui, vous pouvez ouvrir le côté intérieur même s’il y a des montants. Si vous disposez d’un plan de travail sur le dessus de ce bar, ce plan de travail continuera de s’appuyer sur le devant et les côtés en vous laissant l’accès aux étagères en dessous.

      Bien amicalement,
      Christophe

  16. Damien dit :

    Bonjour à tous,

    Je suis entrain de posé des rails + montant le long de mes murs.
    La face « arrière » des rails touchent le mur de la maison de sorte que lorsque je serti mes montants avec le rail, je n’arrive à sertir que la face « avant » du rail.
    (impossible d’atteindre la face arrière avec la sertisseuse)

    Est ce un problème de ne sertir que la face avant du montant ?

    merci pour votre aide

    • christophe dit :

      Bonjour Damien,

      C’est un « souci » fréquent de ne pouvoir sertir que le devant du rail avec le montant.
      Et donc, non, ce n’est pas un problème.
      Ceci dit, les nouvelles règlementations thermiques considèrent qu’une ossature métallique agit comme un radiateur de refroidissement, et qu’elle ne doit pas être en contact avec la maçonnerie, même si vous laissez 5mm entre cette ossature et le mur. Même s’il y a un isolant dans cette ossature, le métal agit comme un pont thermique entre le mur et le placo, d’où mauvaise isolation.
      Pour parer à cela, il faut coller (au map) les panneaux d’isolant directement au mur (par exemple (100mm d’ép.), bien en contact les uns des autres, avec un adhésif sur chaque jonction, et votre ossature devant. Pour une meilleure isolation, vous pouvez ajouter à l’intérieur de l’ossature une autre couche d’isolant de 45mm. En opérant de la sorte, l’ossature n’agit plus comme un pont thermique puisqu’elle est isolée par les panneaux collés au mur.
      Si vous suivez ces règlementations thermiques, vous ne pourrez peut-être toujours pas sertir l’arrière des montants sur le rail, mais vous pourrez les assembler à l’aide d’une vis à placo de 25mm présentée légèrement de travers.

      Bien amicalement,
      Christophe

  17. David dit :

    Bonjour,

    Je souhaite installer une cloison pour séparer 1 piece en 2.

    Le sol etant du plancher, existe il des solutions (colles?) permettant de fixer le rail au sol sans percage? Dans ce cas faut il renforcer les fixations autrement? (murs, plafond)

    D’avance, merci pour vos conseils

    D.

  18. ludovic dit :

    bonjour,j’aimerai faire une ossature métallique mais mon mur n’ai pas droit il a un certain angle comment être sur que je vais poser mais rails droit pour avoir un mur perpendiculaire au final merci d’avance.

    • christophe dit :

      Bonjour Ludovic,

      Votre mur n’est pas droit, il a un certain angle.
      Voulez-vous dire qu’il présente un creux ou une bosse sur son propre alignement ou présente t-il un angle différent de 90° avec un autre ? A moins que ce ne soit les deux 😉 !
      Je vais essayer de répondre à toutes les possibilités 😉 .

      Si ce mur présente une « bosse » vers l’intérieur de votre pièce, il est clair qu’ajouter une contre-cloison parfaitement rectiligne en plaque de plâtres va engendrer une perte de place d’un côté ou de l’autre, voire des 2 côtés, puisque la « bosse » sera le point de référence pour la position du rail.

      S’il présente un creux, c’est au niveau de ce creux qu’il y aura une perte de place puisque les extrémités seront les points de référence pour la position du rail.

      S’il présente un angle qui n’est pas perpendiculaire avec un autre mur, est-ce vraiment important de récupérer un angle de 90° ?
      Une pièce est rarement parfaitement d’équerre sur les 4 côtés, et vouloir obtenir cette perfection peut engendrer une perte de place non négligeable.
      Ceci dit, si vous souhaitez récupérer un angle de 90°, positionnez vos rails au sol devant chacun des 2 murs, sans les fixer, et à l’aide d’une grande équerre ou avec la méthode exposée dans l’article http://www.reussir-ses-travaux.com/comment-realiser-un-angle-droit-sans-equerre, déterminez leur position au plus prés des 2 murs pour avoir un minimum de perte de place.
      Une fois la position au sol satisfaisante, vérifiez que la même chose est possible au niveau du plafond, car certains murs ne sont pas parfaitement d’aplomb et peuvent être légèrement rentrant, ce qui vous obligerait à décaler la position des rails au sol pour obtenir un aplomb parfait de votre ossature.
      J’espère avoir répondu à votre question 😉 .
      N’hésitez-pas à revenir vers moins si ce n’était pas le cas.

      Bien amicalement,
      Christophe

      • ludovic dit :

        bonjour,Christophe effectivement c’est pour avoir un mur a 90 degrés car c pour faire un bureau encastré et mes planches sont perpendiculaire j’ai pas trop envie de rectifié mes planches merci pour ta réponse je vais pouvoir me mettre au travail.A bientôt respectueusement.

  19. ludovic dit :

    Désolé de ma réponse tardive, et encore merci.

  20. mrs dit :

    merci pour les réponses détaillé

  21. oberon03 dit :

    Bonjour,
    Je dois monter une contre-cloison en plaques de plâtres dans mes combles pour isoler les murs sous rampants de toit.
    J’aurai donc un rail en bas mais pas en haut puisque le haut de ma contre-cloison tombe dans le rampant du toit.
    Quelle solution conseillez-vous ?
    J’ai vu une solution avec rail en bas et appui au mur juste sous le rampant, une autre avec rail en bas et fourrure sous rampant en haut, découpage et pliage du bout du montant pour prendre l’angle de la fourrure sous rampant…
    Merci d’avance de votre réponse

  22. Thomas dit :

    Bonjour Christophe,

    D’abord, merci pour votre site, riche, didactique et très intéressant. On sent la passion qui vous anime et ça fait du bien de vous lire régulièrement, même sur des sujets auxquels je ne compte pas m’attaquer 🙂

    D’ici quelques semaines, je vais attaquer le doublage en placo + rail + isolant de tous les murs d’une vieille maison en pierre, ainsi que la création de cloisons. Comme il vaut mieux être prévoyant, je me demandais comment renforcer les futurs emplacements des radiateurs (qui feront entre 20 et 30 kg) avant de « fermer » les cloisons. De même pour les meubles suspendus en hauteur de la cuisine… Ou bien pour de telles charges, les vis Molly sont-elles suffisantes ?

    Vous avez fait un article « COMMENT FIXER UN LOURD RADIATEUR DANS UN MUR EN BRIQUES ET PLÂTRE ? » très intéressant. Pourriez-vous m’indiquer la marche à suivre dans le cas de cloison en plaque de plâtre ?

    Merci à vous et bonne continuation.
    Thomas

    • christophe dit :

      Bonjour Thomas,

      Vous allez être la « Guest Star » cette semaine :-).
      Comme votre question est très pertinente et peut intéresser beaucoup de monde, votre question fera l’objet d’un article qui paraitra le 25 mars 😉 !

      Bien amicalement,
      Christophe

  23. Bruno dit :

    Bonjour à tous,
    inscrit depuis peu sur ce site, je me documente, je fouines, j’imprimes etc etc

    nous envisageons si nos finances le permettent d’agrandir notre maison, via une extension en parpaing + 14 cm d’isolant + placo.
    pour des raisons économiques, nous nous réservons la partie isolation, placo., élec., sol et peinture .

    concernant les doublages extérieurs nous partirons sur le système Optima de chez isover
    les autres cloisons seront en placo. ép. 7cm,
    le plafond haut du RDC (sous plancher poutrelle hourdis) sera en placo. également via suspentes entre poutrelles et hourdis et fourrure .
    la dalle recevra un isolant type polystyrene ou autre, et une chape de 6 cm

    mes questions sont surtout su la priorité des paroies les unes par rapport aux autres !

    en 1er, que réalise t-on ? les plafonds, les cloisons ou les doublages ?

    quelle est la paroie prioritaire à la jonction cloison et doublage extérieur ?
    la cloisons file t-elle jusqu’à la maçonnerie ou le doublage passe t-il en continuité sans interruption ?
    si doublage filant, quid de l’isolation phonique dans l’angle entre 2 pièces ?

    je pense faire d’abord mes cloisons de dalle à dalle et de GO à GO,
    ensuite mes doublages
    puis mes faux plafond
    et pour finir mon isolant sous chape,

    suis je dans le bon ?
    dans l’attente de votre réponse,
    merci

    Bruno de RENNES !

  24. christophe dit :

    Bonjour Bruno,

    L’ordre de réalisation courant est le suivant :

    1 – Plafonds
    2 – Contre-cloisons (doublages)
    3 – Cloisons séparatives

    Pourquoi ?

    Les doublages s’appuient sur le sol et le plafond, et viendront cacher les défauts périphériques du plafond.

    Les cloisons séparatives s’appuient sur les doublages.

    Les nouvelles normes interdisent qu’une ossature métallique avec un isolant à l’intérieur soit utilisée seule pour isoler une maison, car cela créer des ponts thermiques. Plus précisément l’ossature métallique produit un effet radiateur en transmettant le froid du côté maçonnerie vers le côté intérieur chaud 🙁 .
    C’est la raison pour laquelle l’isolant est maintenant plaqué contre la maçonnerie sans utiliser une structure métallique de soutien.
    L’isolant principale est devant la maçonnerie, ensuite l’ossature métallique est placé devant l’isolant (on peut optimiser l’isolation en plaçant un autre isolant dans l’ossature), et le placo est fixé sur l’ossature.
    La paroi prioritaire est donc la paroi extérieure et son isolant, afin de garder un continuité dans l’isolation avec l’extérieur.

    J’espère avoir répondu à vos questions ;-).
    N’hésitez-pas à revenir vers moi si nécessaire.

    Au plaisir Bruno (de Rennes 🙂 ! Une ville sympa que je connais bien 😉 !)

    Bien amicalement,
    Christophe

    • Bruno dit :

      Bonjour Christophe,
      merci pour votre réponse !
      Du coup, comment gérer vous l’isolation phonique à la jonction de la cloison et du doublage ?
      et le phonique entre cloison et plafond ?
      une bande souple ? ou un matériaux équivalant ?
      on peut aussi laisser l’isolant du doublage filant, puis réaliser nos cloisons avec les rails contre l’isolant du doublage, ensuite réaliser le placo de la cloisonn qui vient lui aussi terminer contre l’isolant de doublage et enfin faire notre placo. de doublage qui vient lui, mourir sur notre placo. de cloison ?
      je ne sais pas si je suis clair !
      Ces raccord m’interpelle un peu !
      cordialement
      Bruno

  25. Bruno dit :

    bonjour,
    c’est re-moi ! 😉
    on ne peu pas afficher d’images alors je vous mets un lien concernant mon détail !

    [url=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=717932dtailsjonctioncloisons.jpg][img]http://img11.hostingpics.net/thumbs/mini_717932dtailsjonctioncloisons.jpg[/img][/url]

    qu’en pensez vous ?
    de cette façon, la jonction est quand même plus propre et plus acoustique ? nan ?

    merci
    Bruno

  26. emilie dit :

    Bonjour,
    avec mon mari, nous sommes en train de construire notre maison, une ossature bois.
    Nous allons réaliser nous-même les cloisons intérieures. Pour le moment, ce qui sépare le rez de jardin et l’étage est un plancher d’environ 2 cm d’épaisseur (qui deviendra notre plafond du rez de jardin). A l’étage nous envisageons de mettre un assourd et de mettre une chape.
    La question est: doit-on obligatoirement attendre de couler la chape pour fixer nos rails dessus ou peut-on fixer les rails sur notre plancher de 2 cm d’épaisseur et comment fixer ces rails?
    Merci

  27. Michel dit :

    Bonjour,
    Je ne peux pas doubler mon mur avec les rails et montants habituel (pas assez d’espace), exite t-il des rails et montant moins larges ?
    Merci

    • Olivier dit :

      Deux solutions possibles: soit coller directement ses plaques au mur, avec de la colle type Map: mise en œuvre très simple à condition que le mur soit d’aplomb, car on ne peut rattraper que très peu d’angle. En effet, on ne peut jouer que sur les épaisseurs de colle… De plus, la nature de certain mur ne permet pas cette solution, comme le pisé, la pierre ou tout autre matériaux devant respirer. Sinon, on peut remplacer les montants classiques par des fourrures à plafond, et les rails par des cornières à plafond( en U). Il faut bien les caler au mur pour les rigidifier. Pour ça, j’utilise les chutes de fourrures pliées en L, un côté vissé au mur, l’autre sur la tranche de la fourrure à caler. Il existe aussi des montants et rails en 36 mm.

  28. stephane dit :

    bonsoir Christophe, bravo et merci pour ton super site!
    j’aurai une petite question, je suis en train de commencer a doubler des murs dans mon salon, je compte mettre du placo sur rails, le problème c’est que c’est une maison de 1900 avec les angles arrondis…je suis perdu aurais tu une astuce pour la pose des rails?
    cordialement
    stef

  29. Marc dit :

    Bonjour Christophe
    Tout d’abord, felicitations pour ce site vraiment instructif.
    Une question me turlupine concernant la pose de montants metalliques sur des planchers en bois (eux-memes cloues sur des poutres en bois).
    Le bois bouge alors que le metal est inerte, si je ne me trompe pas. A terme ne risque-t-on pas de voir les plaques de platre se fissurer a cause des mouvements inevitables du bois?
    Pour resoudre ce probleme est-il possible, voire utile, de placer un chevron sur le plancher et un autre au plafond et venir inserer l’ossature metallique entre ces deux chevrons? Les chevrons etant de l’epaisseur totale de la cloison.
    Merci d’avance de votre avis et conseils sur ce sujet.
    Marc

    • christophe dit :

      Bonjour Marc,

      Votre question est pertinente, mais sauf erreur de ma part, le DTU 25.41 « Ouvrages en plaques de plâtre » ne précise pas de précaution particulière, mais juste « …6.3.4.1.2.3 Pose sur plancher bois :
      La fixation est exécutée par vissage ou clouage. »
      Pour ma part, je n’ai jamais constaté de problème de fissure en fixant directement les rails sur un sol et un plafond en bois.

      Bien amicalement,
      Christophe

  30. Laurent dit :

    Bonjour Christophe,
    j’ai fait cette ossature dans ma salle de bain, est-ce que je peux y collier du carrelage mural par la suite ? Il n’y a pas de risque question solidité ?

    Merci à vous !

  31. fapra dit :

    bonjour Christophe
    je veux fixer un grand ecran 62 kg au mur d’une cloison de separation
    en placostyl avec un support mural  » vogels » rail(=83cm x 24 cms) trouée sur toute la longueur haut et bas pour mettre les vis au choix
    ne pouvant pas decouper le placo pour renforcer l’emplacement, on me donne 2 solutions ( si l’emplacement tv le permet )
    A/ de fixer le rail à cheval sur 2 montants metalliques espace 60 cms ) avec 4 vis autoforeuses HAUT ET BAS + 2 molly aux extremitées hautes prenant 2 plaques differentes et 2 molly partie basse espacées de 40 cms
    vers le milieu du support .
    .ou
    B/à defaut 4 vis molly en trapeze
    2 en partie haute à chaque extremité
    2 en partie basse espacées de 40 cms plus au centre
    qu’en pensez vous ?

    merci à vous

  32. Philippe dit :

    Bonjour à tous.
    J’envisage de doubler des murs existants avec du ba 13 sur rail. Toutefois le plafond est à 3,15 mètres de haut. Comment faire pour la hauteur des montants (qui ne font que 2,50 mètres de hauteur ?)
    Peut-on les rallonger ou y a-t-il une combine particulière ?
    Merci d’avance pour votre aide.

  33. Priscilla dit :

    Bonjour à tous.

    Nous venons d’acheter une maison de 1930 pour rénovation.
    Nous avons au départ décidé de ragréé le sol, qui était des carreaux de ciments à la base. Pour nous éviter de tout retirer les carreaux et de devoir refaire une dalle complète sur le lit de sable, nous avons opté donc pour le ragréage.
    Ce dont nous n’avions pas pensé, c’est le problème du placo… Aujourd’hui nous sommes confronté à un souci…Comment percer les carreaux de ciment pour un fixer les rails?? Nous avons essayé avec une perceuse à percu et une mèche à béton..En vain.
    Avez-donc une solution pour ce genre de soucis ? Nous sommes un peu dans l’impasse.. Nous hésitons à coller de peur que ça ne soit pas suffisant. Nous créons un faux plafonds et donc les cloisons seront posées sur ce dernier..
    Merci d’avance pour votre aide,
    Cordialement,
    Priscilla

    • christophe dit :

      Bonjour Priscilla,

      J’ai déjà été confronté à ce genre de problème (c’était avant d’être convenablement équipé 😉 !).
      Une perceuse à percussion peut effectivement montrer des limites sur certains matériaux.
      La solution : demandez si un de vos amis peut vous prêter un perforateur, ou louez-en un.
      Un perforateur est plus lourd (plusieurs modèles existent chez un loueur, précisez l’usage), plus puissant, et nettement plus efficace qu’une perceuse à percussion.
      Une fois le rail à sa future place, immobilisez-le en posant un pied dessus (sans le déformer bien sûr), et percez directement dans le rail (avec un foret béton) et continuer dans le sol. Ensuite, insérez une cheville à frapper.
      Vous verrez qu’avec un perforateur, même un sol apparemment dur… c’est du beurre. Enfin… presque 😉 !

      Bien amicalement,
      Christophe

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 5 + 10 ?
Please leave these two fields as-is: