Découvrez les bases de l’ossature bois (Partie 6)

Extension-maison

La charpente traditionnelle

Peut-être avez-vous le souhait d’agrandir votre maison par une extension en ossature bois.

Et puis, tant qu’à faire, vous souhaiteriez avoir un étage et une belle charpente traditionnelle.

Si c’est le cas, suivez le guide 😉 !

Avant de vous engager dans une telle réalisation, assurez-vous de pouvoir avoir de l’aide (sans oublier l’autorisation de faire ces travaux;-)).

Prévoyez d’être au moins deux. Trois, c’est même conseillé.

Si vous optez pour une extension dans le prolongement de votre maison, contre un des pignons, la première chose à connaître avant de commencer, c’est la pente de la toiture de la maison.

Cette donnée sera nécessaire pour tracer et couper les fermes de la charpente.

Pour réaliser une charpente, la section de bois à utiliser est de 8 x 20cm.

Commencez par découper d’après vos plans la première ferme, celle qui sera ancrée contre la maison.

Cette ferme est simple, sans entrait ni poinçon, uniquement les arbalétriers, comme un V inversé 😉 :

ferme-simple

 

Voici les appellations des différents éléments composant une ferme courante :

charpente

La position de l’entrait se fait suivant la proportion 2/3 – 1/3

Pour fixer cette ferme simple dans une maison en parpaing, je vous conseille la lecture de l’article Comment fixer efficacement un bastaing sur une maison.

L’entrait et le poinçon sont essentiels pour contenir les forces d’écartement des arbalétriers.

Mais comme la première ferme est fixée contre la maçonnerie de la maison, c’est cette maçonnerie qui assure le maintien des arbalétriers.

 

Une ferme est nécessaire tous les 4 mètres de portée.

Voici une ferme intermédiaire :

 

ferme- intermédiaire2 entraits enserrent le poinçon et les arbalétriers

 

Voici la ferme opposée à celle ancrée dans la maison :

ferme-opposée

 Ce côté visible sera tourné vers l’extérieur. L’entrait a été retiré de ce côté pour ne pas faire une sur-épaisseur.

Le dessin en 3D de ce début d’article a permis de mettre en évidence quelques particularités techniques, et de construire l’ossature et la charpente suivante :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous constaterez la lisse de chaînage expliquée dans la 5ème partie de cette série d’articles, la ferme simple contre le pignon de la maison, et la ferme opposée sans l’entrait extérieur.

Dans cette réalisation, la ferme opposée est plus petite que la ferme contre la maison, permettant ainsi la prolongation des pannes (comme la panne faîtière le montre) et d’abriter le balcon.

La fixation de la panne faîtière et des autres pannes intermédiaires est obtenu grâce à des boîtiers métalliques, comme celui-ci :

sabot

Le haut du poinçon est découpé en forme de U de façon à recevoir et bien maintenir la panne faîtière :

poincon

Les différentes parties des fermes sont assemblées solidement grâce à des boulons en acier galvanisé :

boulon-de-charpente

Comme vous le savez, je ne suis pas fan des clous :-(. Je préfère donc utiliser des vis pour le reste de la charpente ;-).

Les pannes intermédiaires qui seront fixées sur les arbalétriers sont espacées au maximum de 1,20m. Vérifiez la position des éventuelles fenêtres de toit avant de fixer ces pannes intermédiaires.

Deux options de fixation des pannes intermédiaires sont à votre disposition :

  1. Avec des boîtiers métalliques comme indiqué plus haut
  2. Avec des échantignoles, comme ceci :

echantignole

 

 

Voici la découpe des parties basses des arbalétriers venant s’appuyer sur la lisse de chaînage :

coupe-arbaletrier

 

Exemple de ferme intermédiaire réalisée :

exemple-2

 Au fond, le pignon de la maison sur laquelle se fixe cette extension, au premier plan une ferme intermédiaire.

 

exemple-1

 La même ferme vue de l’autre côté. Au fond la ferme qui termine cette extension.

 

Comme vous pouvez le voir sur l’illustration 3D de ce début d’article, des « caissons » identiques à ceux créés pour le rez-de-chaussée seront mis en place sous la ferme qui termine l’extension.

Voici un plus gros plan vous révélant ces caissons, ces entremisages d’ossatures tous les 60cm :

caisson-sous-ferme

 

Une fois votre charpente terminée, vous pouvez fixer les chevrons tous les 40cm d’entraxe.

A suivre… 🙂

 

post-layout

Vous avez aimé cet article ?

Devenez Membre, c'est rapide et Gratuit !

Vos privilèges en tant que membre :

+ Vous êtes informé par mail dès la publication d'un nouvel article.

+ Vous avez un accès complet aux articles protégés et réservés exclusivement aux membres.

+ Vous bénéficiez de remise de 20 à 50% dès la publication d'un nouveau guide (NOUVEAU PRIVILEGE)

Oui, Je Veux Devenir Membre
(Protection anti-spam assurée et votre adresse mail ne sera jamais divulguée)

Cet article vous a plu ? Partagez-le !Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone
Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

10 commentaires à “Découvrez les bases de l’ossature bois (Partie 6)”

  1. emmanuel dit :

    Salut à tous,

    Comment faites vous tenir les arbalétrières sur les lisses de chainage ?

    Merci et encore bravo pour ce site. Continuez

    • christophe dit :

      Bonjour Emmanuel,

      Les arbalétriers des fermes intermédiaires sont découpés comme la photo le montre dans l’article. Ce qui leur permet de bien se tenir sur les lisses de chaînage. Cette découpe n’est cependant pas utile pour la ferme de départ puisque qu’elle est fixée contre le pignon de la maison.
      Pour fixer les arbalétriers dans la lisse de chaînage, utilisez des vis de 6x120mm ou 6x140mm, aussi bien par le haut (verticalement vers la lisse) que par les côtés (en biais).
      Il est aussi possible d’utiliser divers modèles d’équerres métalliques, dont un côté sera visé dans la lisse et l’autre côté dans l’arbalétrier.

      Bien amicalement
      Christophe

  2. eric dit :

    Bonjour,

    J’apprécie toujours plus le site bravo !
    J’ai à l’idée de faire une petite terrasse sur une partie du toit, au-dessus de la cuisine (pour y prendre le petit-déjeuner), donc découvrir une partie la toiture.
    Comment s’y prendre pour une telle réalisation? Avec création d’une porte-fenêtre et l’étanchéité de la terrasse (l’écoulement de l’eau pluviale) ?
    Comment réalise-t-on une enture simple et solide pour un planché ?
    Merci, cordialement,
    Eric

  3. Bonjour,

    « Prévoyez d’être au moins deux ».. effectivement, plus je lis vos articles et plus je me dis qu’il faudra peut-être faire appel à un professionnel. On ne peut quand même pas dire que ce type de travaux soit particulièrement simple.

    En tout cas, vos explications sont très claires et permettent de ne pas se lancer dans des travaux à l’aveugle. Merci

  4. Donat dit :

    Bravo!
    Même et surtout quand on aime le bricolage nous rencontrons souvent des difficultés. Vos informations nous aident à les affronter et les contourner.Merci

  5. FRANCIS dit :

    Bonjour,
    Quel est l’intérêt de mettre une « ferme simple » côté maison et ne pas simplement visser des sabots directement dans la maçonnerie?
    Merci pour votre tuto

  6. christophe dit :

    Bonjour Francis,

    Il est plus facile de fixer des sabots sur du bois que directement sur la maçonnerie, et même de corriger leur position 😉 !

    Très souvent la maçonnerie est en parpaing creux, et la proximité des trous à réaliser pour fixer un sabot peut fragiliser cette maçonnerie, alors que la fixation d’une ferme est réalisée par des trous espacés les uns des autres 😉 .

    Bien amicalement,
    Christophe

  7. Laurent dit :

    Bonjour,
    désolé pour le déterrage du post…
    Je dois faire une extension de ma maison et j’avoue que je suis de plus en plus intéressé par le bois.
    Ce site est super et très bien détaillé.
    Par contre j’ai une question. mon toit est un simple pente donc comment réaliser la charpente ?
    j’ai une autre question également, déjà posée par un autre mais je n’ai pas vu de réponse. Comment réaliser les angles pour le contreventement ou le bardage, doit on mettre des profilés ?
    Cordialement.
    Laurent.

  8. Charline dit :

    Bonjour,

    Effectivement, merci pour ces explications très claires.

    Je souhaite cependant savoir si un joint de dilatation doit être mis en place entre la ferme simple et la maçonnerie existante ?

    Les trois murs de mon extension en bois reposent sur des fondations de 70 cm, espacées par un joint de dilatation de 2 cm en polystyrène des anciennes fondations, mais je crains toutefois que les mouvements ou tassements(inévitables) ne poussent la charpente contre le mur en parpaings ou la tirent vers le bas, causant des fissures sur le mur en parpaings…

    Par ailleurs, les pans verticaux doivent-ils être attachés au mur en parpaings ?

  9. Bertrand dit :

    Les clous de charpente sont en acier mou. C’est normal. ils se tordent dans le bois. Ceci permet une meilleure tenue aux mouvements du bâtiment. En plus en zone sismique, il faut liaisonner les pièces de bois spécifiquement avec des dispositif comme des maintiens métalliques latéral.

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 6 + 13 ?
Please leave these two fields as-is:

Powered by WordPress | Designed by: buy backlinks | Thanks to Etiketten, web designer and pay per click