Découvrez le produit roi pour fixer et réparer : le scellement chimique

pistolet-et-cartouche-chimique

 

S’il y a un produit qui peut « impressionner » les néophytes, c’est bien le scellement chimique.

Pourtant ce produit peut vous sauver un travail qui se présente mal, ou pire, qui tourne au cauchemar :-(

 

 

Exemple : vous devez fixer un matériau, lourd de préférence, dans un mur en pierre, ou un mur enduit sous lequel se trouve… de la brique creuse.

Vous percez, et là, soit la pierre éclate, ou se fend, donc impossible d’y insérer une cheville, ou, dans le cas de la brique, vous réussissez à insérer la cheville, mais celle-ci se met à tourner sur elle-même, en même temps que vous essayez d’y mettre votre vis ou votre tire-fond :-(

Ça vous rappelle quelque chose ;-) ?

Le scellement chimique se présente sous la forme d’une cartouche accompagnée d’une ou deux canules (voir la photo ci-dessus).

Cette cartouche se compose de deux compartiments indépendants, l’un rempli d’une résine, et l’autre d’un durcisseur.

La canule ne visse sur l’extrémité de la cartouche. L’intérieur de cette canule est équipé d’une sorte de vis réalisant le mélange de la résine et du durcisseur pendant l’injection, injection faite par un pistolet renforcé (voir toujours la photo ci-dessus ;-))

Je dis pistolet renforcé, car si vous utilisez un pistolet à silicone classique, soyez sûr qu’à un moment ou un autre, vous finirez avec la poignée dans la main ou avec un morceau du pistolet cassé. L’utilisation de scellement chimique demande en effet une plus grande solidité du pistolet compte tenu de la consistance plus épaisse de la résine. Vous avez donc compris que j’ai achevé plusieurs pistolets bon marché avant de comprendre ;-)… et d’aller en acheter un « spécial scellement chimique » !

L’utilisation du scellement chimique :

Dans le cas « normal » d’un matériau creux, vous devez bien entendu percer, et insérer un tamis (perçage équivalent au diamètre du tamis ;-) ):

Comme vous le voyez, ce tamis est plein de petits trous.

A l’aide de votre pistolet, vous insérez la canule au fond du tamis, et vous injectez la résine en reculant tranquillement à chaque pression sur la poignée du pistolet.

De cette façon, la résine va bien remplir le tamis, mais va aussi sortir par les petits trous, et former comme des spaghettis autour du tamis.

Ensuite vous insérez une tige filetée dans le tamis (jusqu’au fond), en effectuant un mouvement de rotation comme pour la visser. Cette rotation va accentuer l’adhérence de la résine sur la tige filetée.

Vous choisirez votre tige filetée en fonction de la dimension du matériau à fixer, de façon à avoir suffisamment de tige en dehors du tamis, pouvoir mettre votre matériau et l’écrou qui le maintiendra sur la tige filetée ;-)

 

Quand la tige est en place, vous disposez de quelques minutes avant la prise. Cette durée varie suivant la température ambiante, et est indiquée sur la cartouche.

Quand la résine est parfaitement sèche, vous pouvez fixer votre matériau.

 

Si vous avez fait un trou dans de la pierre ou tout autre matériau plein qui a éclaté, vous pouvez rattraper l’accident en injectant la résine dans le trou, cette fois sans utiliser de tamis ;-) !

Une fois la résine injectée, vous insérez la cheville que vous souhaitiez utiliser, et vous laissez la résine prendre. Quand c’est fait, il ne vous reste plus qu’à mettre en place votre vis dans la cheville. Non seulement la résine maintien solidement la cheville, mais en plus elle recolle le matériau qui n’a pas supporté le perçage :-) !

Le scellement chimique, est disponible en gris, ou en couleur pierre (beige). Vous pourrez donc aussi recoller un morceau de parpaing ou combler une fissure, en appliquant une couche de résine comme de la colle sur les morceaux avant leurs remises en place, ou l’injecter directement dans la fissure.

La résine du scellement chimique est tellement dure, que vous pourrez l’utiliser pour toute fixation dans un matériau sensible. La mise en œuvre du scellement chimique ne « traumatise » pas le support ;-)

Si votre cartouche n’est pas complètement utilisée, vous dévissez et retirez la canule, et remettez le bouton en place sur la cartouche. Vous pourrez réutiliser le reste plus tard. Par contre, une canule utilisée est bonne à jeter car la résine séchera à l’intérieur. C’est la raison pour laquelle les cartouches sont généralement vendues avec deux canules.

Dernière précaution, mais très importante : faite un essai de cartouche avec sa canule sur un morceau de ce que vous avez sous la main. En effet, il peut arriver que le durcisseur ne sorte pas pour une raison de défaillance dans la cartouche ou d’obstruction. Attendez que votre test soit concluant (résine qui se solidifie) pour démarrer l’utilisation réelle.

Et préparez tous vos trous ou vos réparations à l’avance pour éviter de consommer des canules ;-)

 

Essayer ce produit, c’est comme avoir une bombe anti-creuvaison dans sa voiture ;-)

 

Vous avez aimé cet article ?

Inscrivez-vous ci-dessous et recevez chaque nouvel article directement dans votre boite mail.

Vous recevrez également en cadeau le guide "30 Conseils Et Astuces De Pro Pour Réussir Ses Travaux".

Tout comme vous, je déteste les spams
Votre adresse mail ne sera ni vendue ni divulguée à qui que ce soit.
Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.


Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien(trackback) depuis votre propre site.

14 commentaires à “Découvrez le produit roi pour fixer et réparer : le scellement chimique”

  1. Rom dit :

    Bonjour,

    J’ai des crémaillères de placard à placer sur un mur en machefer (donc matériaux très friable et peu solide). J’ai pensé qu’un scellement chimique profond pourrait résoudre mon problème (cela me parait plus simple que de faire des gros trous pour sceller des morceaux de bois et devoir reprendre l’enduit autour…), mais je ne peux pas utiliser de tige filetée dans ce cas particulier.

    Vous évoquez la possibilité d’utiliser une cheville classique (en plastique) avec de la résine chimique (or, il me semble avoir lu quelque part que cela n’était pas possible). Est-ce que vous pouvez me confirmer que cela est bien possible avant que je me lance dans cette entreprise ?

    Et dans l’autre sens, est-il possible de remplir un trou de résine, d’attendre que la résine sèche et de la percer pour y insérer une cheville normale en plastique ?

    Merci d’avance, et bravo pour votre site qui m’a permis de clarifier pas mal de points sur lesquels je butais (je suis en pleine rénovation…).

    • christophe dit :

      Bonsoir Rom

      Lorsque je dis qu’il est possible d’utiliser une cheville classique en plastique que l’on « plonge » dans un trou trop grand rempli au préalable de résine, il s’agit ici d’une solution de réparation valable uniquement dans un matériau plein et solide, comme une dalle béton ou un parpaing plein. Cette solution ne changera rien dans un matériau friable et ne conviendra absolument pas dans votre cas de figure.

      Remplir un trou de résine et tenter de le percer ensuite ne me semble pas être non plus une solution.

      Quand tout un support est friable, il faut ajouter un support solide et rigide par dessus. On dit dans ce cas faire un doublage.

      Sans vraiment connaître exactement votre configuration, mais en prenant en compte que la totalité du support est friable, je proposerais la fixation de chevrons verticalement en applique sur ce support, fixé en trois points (haut, bas et milieu) avec comme vous l’avez évoqué au début un scellement chimique profond.
      Les crémaillères seront ensuite fixées sur ces chevrons.

      En espérant avoir répondu à vos questions ;-),
      A bientôt

      Christophe

  2. Phil dit :

    Bonjour, j’ai deux cartouches (type poche en plastique ou boudin)+ 1 canule (achetée en brocante) mais pas de pistolet, comment faire mon mélange?

    Merci

  3. Romuald dit :

    Bjr ,
    1)Ql produit me conseilleriez vous de prendre pour des scellements horizontaux et verticaux ?
    2)j ai prévu de mettre des tiges filetées de diamètre 10 à ql diamètre doit je percer ??
    3) la cheville tamis va telle apporter un plus dans ma fixation ?

    Qls copains mon dit de percer à 12 pour une tige de 10.
    De surtout bien souffler l’intérieur du trou, puis de badigeonner ma tige de résine et l’introduire tel quel .

    Par avance merci

    • christophe dit :

      Bonsoir Romuald,

      Pardon de l’extrême retard de ma réponse, non seulement j’ai du retard dans le traitement du flot des commentaires, mais en plus je vous ai zappé :-(.

      Quand j’achète le nécessaire pour effectuer des scellements chimique, je prends toujours un ensemble composés des tiges ET des tamis, parce que je pars du principe que je vais me retrouver dans un matériau creux.
      Le tamis permet de créer des spaghettis qui vont non seulement bloquer ce tamis et la tige filetée, mais aussi empêcher l’ensemble de pouvoir s’extraire à l’arrachement.
      A partir du moment où le matériau est plein, le tamis peut être supprimé.

      Un perçage à 12 pour une tige de 10 me parait bon. Faite quand même un test de solidité pour confirmer.

      Bien amicalement,
      Christophe

  4. Stéphane dit :

    Bonjour, est il possible de sceller au chimique un ouvrage de ferronnerie, en scellant directement un fer de diamètre 16 mm avec quelques rainures dans un mur en pierre? C’est à dire, sans utiliser de vis.

    • christophe dit :

      Bonsoir Stéphane,

      Oui, c’est parfaitement possible.
      Veillez cependant à bien maintenir l’ouvrage en ferronnerie le temps du séchage qui varie, entre autre, suivant la température extérieure.

      Bien amicalement,
      Christophe

  5. gilles dit :

    Bonsoir,
    je souhaite installer un nouveau portail en chène (donc lourd) avec des fixations de diamètre 16 mm.
    Il doit remplacer un portail en fer léger avec des gonds de diamètres 6 mm.
    Je dois donc mettre des nouveaux gonds.
    Je ne sais pas si mes poteaux sont creux ou pleins.
    C’et pourquoi j’hésite entre des gonds à scellement chimique et des gonds à scellement au ciment.
    Par ailleurs, le portail est un peu plus court que l’ancien et je souhaite rattraper les 3 cm manquants en décalant le gond.
    Un gond réglable semblerait optimal mais je n’en ai pas trouvé en scellement chimique.
    Enfin, j’ai cru comprendre que le montage se faisait en positionnant les gonds puis en installant le portail pour vérifier que tout était dans l’axe et que les écartements étaient respectés.
    Cela parait réalisable avec des gonds dont l’axe est amovible (scellement chimique)
    Pouvez vous me conseiller ?
    D’avance merci

  6. William dit :

    Bonjour!
    Très intéressant s vos conseils!je m’apprête a installer 4 gonds de volet. Le tableau de la fenêtre est un cadre en
    galva.une bande de 27mm recouvre la maçonnerie.c’est dans cette partir que je souhaite poser les gonds Après perçage
    des trous je dispose d’un espace libre entre la brique – creuse – et l’intérieur du cadre en galva.Sur les côtés de la fenêtre il y avait une couche de ciment, que j’ai percé .J’ai soufflé le tout au pistolet .
    Je me demande si j’ai intérêt au injecter de la résine,avant d’insérer le tamis ou non.
    J’aimerais bien avoir votre avis!
    Merci d’avance!
    Bien cordialement

    PS j’ai aussi envisagé un scellement au mortier à l’extérieur du cadre en galva!

  7. greg dit :

    bonjour
    j’ai le projet d une extension de mon garage avec modification charpente( industrielle)
    est il possible de fixer les pannes (3 m de mur à mur) avec sabot et scellement chimique sur une brique monomur de 15 cm d épaisseur
    cordialement

    • christophe dit :

      Bonsoir Greg,

      Le scellement chimique est particulièrement adapté à ce matériau friable car ce dernier ne sera pas soumis aux contraintes d’éclatement d’une cheville à expansion.
      La seule contrainte pour la brique c’est le perçage ;-).

      Bien amicalement,
      Christophe

  8. mathias dit :

    Bonjour, je souhaite fixer des etagere sur mon mur, mais je tombe sur des briques creuses. En percant le trou c’est agrandit, j’ai comblé avec du platre, et catastrophe, ca s’effrite et le trou s’aggrandit. J’ai donc bouché le trou avec du ciment, mais au fond c’est toujours creu. La solution chimique peut elle etre efficace ? si oui, il est préférable d’utiliser le tamis ou de remplir le creu par le trou fait après percage ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

  9. Jean-Marie dit :

    Bonjour,
    Je souhaiterais sceller trois fers en T sur une façade en parpaing de 25 pour supporter les branches d’une glycine; est-ce possible de faire un scellement chimique et quelle profondeur de trou conseillez vous pour une portée libre de 40cm ?
    Merci de votre réponse (et des précédentes qui m’ont déjà servi !)

Laisser un commentaire

IMPORTANT! Avant de cliquer sur "Envoyer le commentaire", voudriez-vous résoudre ce calcul simple (nous saurons ainsi que vous êtes humain, et pas un robot de spam) :-)

What is 5 + 15 ?
Please leave these two fields as-is:
CommentLuv badge

Powered by WordPress | Designed by: buy backlinks | Thanks to Etiketten, web designer and pay per click